Prolongement de la ligne bleue: la mairesse demande une loi spéciale | 24 Heures MTL
/transports/subway

Prolongement de la ligne bleue: la mairesse demande une loi spéciale

Image principale de l'article La mairesse demande une loi spéciale
Joël Lemay / Agence QMI

MONTRÉAL | La mairesse de Montréal Valérie Plante veut que Québec dépose une loi spéciale pour que le prolongement de la ligne bleue du métro aille de l'avant rondement.

«Il est plus que temps que le projet de la ligne bleue soit réalisé. Ça fait depuis 1988 que la population de l’Est l’attend. Suite à l’échec du projet de loi 61, on s’attend à ce qu’il y en ait un sur la table pour la rentrée parlementaire», a-t-elle écrit sur Twitter lundi.

La semaine dernière, la Société de transport de Montréal (STM) a confirmé des retards dans l'échéancier initial du projet visant à rallonger de 5,8 kilomètres la ligne bleue du métro entre la station Saint-Michel jusqu'à Anjou en raison de contestations d'avis d'expropriation le long du tracé du prolongement.

«[On] a besoin d’une loi spéciale pour accélérer le processus d’expropriation et planifier le plus rapidement possible le développement aux abords des stations. Tous les partis doivent y travailler», a poursuivi la mairesse dans une série de tweets.

Le cabinet de la ministre déléguée aux Transports et responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, a rappelé que le gouvernement caquiste déposera à l’automne un projet de loi visant l'accélération des investissements en infrastructures – c’est-à-dire la deuxième mouture du projet de loi 61, qui a été rejeté par les partis d’opposition.

Mégaprojet aux Galeries d’Anjou

La sortie de la mairesse survient alors que le copropriétaire du centre commercial des Galeries d'Anjou, Cadillac-Fairview, a annoncé lundi matin vouloir réaliser un mégaprojet commercial et résidentiel incompatible avec les plans de prolongement de la ligne bleue dans leur forme actuelle.

Ce projet, évalué à 2,5 milliards $, comprendrait la construction de complexes résidentiels, d'une résidence pour aînés, d'un hôtel, d'un campus de bureau ainsi que d'espaces verts.

«Nous sommes prêts à discuter avec la [Société de transport de Montréal] (STM) si elle est ouverte à revoir certains éléments dans son projet de prolongement de la ligne bleue à Anjou», a expliqué le vice-président principal au développement de Cadillac-Fairview pour l'est du Canada, Brian Salpeter.

Rappelons que les copropriétaires des Galeries d'Anjou contestent actuellement en Cour supérieure l'avis d'expropriation de près de 70 000 mètres carrés du terrain du centre commercial qui doit être acquis par la STM pour le prolongement de la ligne bleue.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

«La STM déplore que la contestation de l’avis d’expropriation par Cadillac-Fairview entraîne des délais pour la réalisation du prolongement de la ligne bleue, un grand projet structurant pour l’est de Montréal», a mentionné lundi un porte-parole du transporteur, Philippe Déry.

Des décennies d’attente

Depuis plus de 30 ans, des résidents de quartiers de l'est de Montréal attendent cette fameuse prolongation de la ligne bleue du métro, sans cesse reportée.

«Pour se rendre jusqu'à Saint-Michel, ça serait beaucoup plus simple [d'avoir le métro] que le bus qui s'arrête régulièrement, a lancé lundi Thu Diep, qui attendait l'autobus avec ses deux jeunes enfants en bordure des Galeries d'Anjou.

Même son de cloche du côté de Sophie Bonneau, qui habite à Anjou. «Je crois que le prolongement du métro est nécessaire. Je vais pouvoir déménager plus loin», a-t-elle expliqué.

«Ça arrive un peu trop tard pour moi, je prends ma retraite dans cinq ans», s'est désolée Danielle, croisée à bord du circuit de bus 141 Jean-Talon Est vers Anjou.

- Avec Camille Dauphinais-Pelletier, 24 Heures

Prendre exemple sur Longueuil 

Un terminus d’autobus et un stationnement incitatif de 1200 places en plein air sont prévus à proximité de la future station Anjou. Le projet pourrait toutefois être plus ambitieux, selon une experte.

«On n'est pas obligé de construire un stationnement incitatif en plein air. On peut en avoir un et construire au-dessus; c'est le cas des stations de métro urbaines du centre-ville», a donné en exemple Florence Junca-Adenot, professeure associée au Département d'études urbaines et touristiques de l'Université du Québec à Montréal (UQAM).

Celle-ci croit que la Société de transport de Montréal (STM) devrait prendre exemple sur le développement qui s’est fait autour de la station de métro de Longueuil dans les dernières années pour élaborer le futur terminus est de sa ligne bleue.

«En théorie, il devrait y avoir un travail intégré de la part de la Ville de Montréal, de la STM et des promoteurs pour essayer de faire un projet le plus intéressant possible pour l'avenir autour de la station terminale Anjou», estime celle qui a aussi été à la tête de l'Agence métropolitaine de transport (AMT).

À lire aussi

Et encore plus