BikeMaps.org: un outil pour cartographier les accidents de vélo | 24 Heures MTL
/transports/bikepedestrian

BikeMaps.org: un outil pour cartographier les accidents de vélo

De nombreux Québécois ont renoué avec le vélo en ces temps de pandémie, ce qui accroît les risques de collision avec les véhicules et les piétons, notamment dans les grands centres urbains comme Montréal et Québec. 

L’outil de géocartographie en ligne BikeMaps.org, qui permet aux citoyens de répertorier les collisions survenues et d’identifier des lieux dangereux – ou même les vols de vélo –, a été testé dans neuf villes au pays, soit Edmonton, Guelph, Kelowna, Lethbridge, Ottawa, Saint John's, Victoria, Whitehorse et Winnipeg.

Montréal n’a pas bénéficié de cette «production participative» des cyclistes jusqu’ici. Une visite sur le site Bikemaps.org permet de voir que quelques accidents de vélo y sont recensés, notamment de l'emportiérage, certains remontant à 2014.

«Les avantages sociétaux du vélo justifient les efforts pour augmenter le nombre de trajets effectués par ce moyen de transport. Mais pour augmenter le nombre de déplacements effectués par les Canadiens, ainsi que le nombre de Canadiens effectuant des transports actifs, le vélo doit être sûr et accessible, et tout aussi important, il doit être perçu par le public comme sûr et accessible. Ce n'est pas encore le cas au Canada», a dit Ward Vanlaar, directeur de l'exploitation de la Fondation de recherche sur les blessures de la route.

La Fondation, en collaboration avec l'université de Victoria et avec un financement de l'Agence de la santé publique du Canada, a dévoilé mercredi les résultats du Rapport final sur l'évaluation d'un outil participatif servant à compiler, à analyser et à communiquer des données au sujet de la sécurité à vélo.

Selon les résultats, on apprend que 15 % des répondants dans les neuf villes participantes ont déclaré que faire du vélo est dangereux. La hausse du nombre de cyclistes a été constatée, avec une croissance de 28,1 % du temps passé à pédaler et avec une augmentation de 33 % du pourcentage de répondants utilisant principalement le vélo pour leurs déplacements.

À lire aussi

Et encore plus