Camping Notre-Dame: des citoyens soutiennent les campeurs | 24 Heures MTL
/mtl-news/society

Camping Notre-Dame: des citoyens soutiennent les campeurs

Image principale de l'article Une manif pour soutenir les campeurs
CAMILLE LALANCETTE 24H/AGENCE QMI

Une cinquantaine de citoyens se sont rendus lundi au «Camping Notre-Dame» pour témoigner leur soutien aux habitants du camp de fortune que la Ville souhaite voir démantelé d'ici la fin de la journée.

• À lire aussi: Camping Notre-Dame: les campeurs n’ont pas l’intention de partir

• À lire aussi: Une pétition pour sauver le «Camping Notre-Dame»

Parmi les manifestants se trouvait Catherine Roy-Goyette, qui pense que ce campement de personnes itinérantes est le résultat de la crise du logement qui rend difficile l’accès à un logement abordable.

Catherine Roy-Goyette est une citoyenne du quartier Hochelaga-Maisonneuve qui s’oppose au démantèlement du Camping Notre-Dame en ce 31 août 2020 près du Camping Notre-Dame.
CAMILLE LALANCETTE 24H/AGENCE QMI

CAMILLE LALANCETTE 24H/AGENCE QMI

Catherine Roy-Goyette est une citoyenne du quartier Hochelaga-Maisonneuve qui s’oppose au démantèlement du Camping Notre-Dame en ce 31 août 2020 près du Camping Notre-Dame. CAMILLE LALANCETTE 24H/AGENCE QMI

«On assiste à la pointe de l’iceberg de la crise du logement. Je trouve ça complètement fou qu’on soit en train de discuter [du démantèlement du campement] plutôt que de discuter sur comment on va reloger ces gens-là», a-t-elle soulevé.

De son côté, Sandra Cordero était en attente d’un appel avec le cabinet de la mairesse Valérie Plante pour demander de lever l’avis de démantèlement.

«Je crois qu’il pourrait y avoir un démantèlement, peut-être même durant la nuit. J’espère que non, mais ça ne m’étonnerait pas. S’ils le démantèlent, où vont aller les gens?» se questionne-t-elle.

Couper les vivres

En face du Camping Notre-Dame, au carré Dézéry, la Croix-Rouge distribue des repas. En principe, lundi devait être leur dernière journée sur place. Même son de cloche pour les intervenants de l'organisme CAP St-Barnabé, qui faisaient leur ronde quotidienne pour la dernière fois.

Sandra Cordero éprouve beaucoup de sympathie pour les habitants du Camping Notre-Dame qui font face à un avis de démantèlement en ce 31 août 2020 près du Camping Notre-Dame.
CAMILLE LALANCETTE 24H/AGENCE QMI

CAMILLE LALANCETTE 24H/AGENCE QMI

Sandra Cordero éprouve beaucoup de sympathie pour les habitants du Camping Notre-Dame qui font face à un avis de démantèlement en ce 31 août 2020 près du Camping Notre-Dame. CAMILLE LALANCETTE 24H/AGENCE QMI

Les campeurs vaquaient à leurs occupations habituelles, interpellant les travailleurs de rue et les intervenants psychosociaux à savoir s’ils connaissaient la suite des choses.

Interrogés par 24 Heures, les organismes communautaires n’avaient pas de détails sur le démantèlement à fournir aux médias ni aux habitants du campement.

Celui qui fait office de porte-parole du groupe de campeurs, Jacques Brochu, n’avait pas reçu la visite d’un représentant de la Ville pour l’avertir d’un quelconque déplacement.

La mairesse de Montréal a mentionné la semaine dernière que le campement ne serait pas démantelé de force par la police, mais que les habitants seraient invités à se diriger vers d'autres ressources, comme le centre d'hébergement installé dans l'ancien YMCA d'Hochelaga.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus