Camping Notre-Dame: les occupants n'ont aucune intention de partir | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Camping Notre-Dame: les occupants n'ont aucune intention de partir

Image principale de l'article Les campeurs font fi de l'ultimatum de la Ville
LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Les campeurs installés sur la rue Notre-Dame dans l'est de la ville sont décidés à rester sur place, eux qui ont fait fi de l'ultimatum de la Ville de Montréal. 

• À lire aussi: Camping Notre-Dame: des citoyens soutiennent les campeurs

Ils avaient jusqu’à lundi soir pour démanteler le campement et quitter les lieux, mais mardi matin, le campement était toujours bien en place et les occupants sont déterminés à y rester coûte que coûte.

«On aimerait que la mairesse soit patiente avec nous, puis qu'elle nous encadre, a lancé Marco, l’un des premiers sans-abri à s’être installé sur la rue Notre-Dame Est. Si COVID il y a, si danger il y a, nous, on est comme une grosse bulle de pauvres, comme une grosse famille de pauvres. Si jamais il y a quelque chose, vous savez où nous trouver, on est ici. On ne se sauvera pas.»

s

Marco et les autres occupants ne veulent pas se rendre dans les centres d’hébergement, notamment dans l’ancien YMCA du quartier Hochelaga-Maisonneuve, une solution que préconise l’administration de la mairesse Valérie Plante.

«On ne veut pas aller dans les centres d'hébergement. Même pour 5000 $, on n'irait pas dans les centres d'hébergement pour être traités comme du bétail, a confié Marco. Nous, ce que l'on veut, c'est, au pire, être encadrés, avoir des intervenants qui viennent, car ça rassurait beaucoup de gens ici.»

La mairesse Plante a déjà indiqué qu’il n’était pour l’instant pas question de faire intervenir la police de Montréal afin de déloger les occupants.

Le campement est par ailleurs érigé sur un terrain qui appartient au ministère des Transports du Québec, qui, lui non plus, n’a pas l’intention d’intervenir pour le moment.

À lire aussi

Et encore plus