Des maires de la couronne Nord réclament leur part pour la «phase 2» du REM | 24 Heures MTL
/transports

Des maires de la couronne Nord réclament leur part pour la «phase 2» du REM

Avancement des travaux du Réseau express métropolitain (REM) près de l’Autoroute 40 Ouest, à Kirkland, mercredi le 29 juillet 2020.
JOEL LEMAY/AGENCE QMI
Joël Lemay / Agence QMI

Avancement des travaux du Réseau express métropolitain (REM) près de l’Autoroute 40 Ouest, à Kirkland, mercredi le 29 juillet 2020. JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Des maires de la couronne nord de Montréal réclament que le prolongement du REM vers l’est se rende encore plus loin que Pointe-aux-Trembles, pour rejoindre Lanaudière.

• À lire aussi: Du béton des États-Unis pour le REM

Selon les maires de Mascouche, de Terrebonne, de Repentigny et de Charlemagne, le projet de Réseau express métropolitain (REM) tel qu’il est présumément planifié par Québec – aucun tracé officiel n’a été rendu public à ce jour – ne va pas assez loin.

«Ce prolongement est plus que souhaité, mais de ne pas inclure, dans le tracé, une antenne vers l’est de la couronne Nord serait une grave erreur», ont fait savoir les maires dans un communiqué publié mardi.

«Nous estimons que ce projet structurant irait même à l’encontre de la vision métropolitaine des projets préconisés et développés par l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) car le prolongement exposé ne favorise pas la mobilité durable sur l’ensemble du territoire métropolitain, mais vise seulement un secteur», ont-ils ajouté.

Dans un article de «La Presse» daté du 28 août, on apprenait que la «phase 2» du projet de REM inclurait un tronçon reliant Pointe-aux-Trembles au centre-ville de Montréal, ainsi qu’un second tronçon qui longerait l’autoroute 25 et relierait le centre-ville au Cégep Marie-Victorin. Le cégep est situé à la frontière de Montréal-Nord et de Rivière-des-Prairies.

L’entrée en service du tracé original du REM est prévue pour l’été prochain. Financé par la Caisse de dépôt et placement du Québec, il s’agit du plus important projet de transport en commun au Québec depuis l’ouverture du métro de Montréal en 1966. Le réseau comptera 26 stations et traversera 67 km dans la région de Montréal.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus