Six cyclistes ont répondu à l’appel de Vianney De Godbout | 24 heures
/mtl-news/news

Six cyclistes ont répondu à l’appel de Vianney De Godbout

Seuls six cyclistes ont répondu à l'appel du propriétaire du restaurant La Maisonnette, qui leur offrait la fin de semaine dernière un apéro en échange de leurs arguments en faveur de l'aménagement d'une piste cyclable sur la rue Saint-Denis, à Montréal. 

Vianney De Godbout-Lescouzères se demandait jusqu’à quel point les cyclistes qui sont pour l'installation du Réseau express vélo (REV), cet ensemble «d'autoroutes à vélo» qui sont en train d'être installées à Montréal, viennent magasiner sur la rue en question pour encourager les commerçants.

CAPTURE D'ÉCRAN / TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

En plus de leur payer l’apéro, le restaurateur s'était engagé à faire un don de 10$ à Vélo Québec pour chaque cycliste qui essayait son menu dégustation.

«Je n’avais vraiment pas d’attente», a-t-il rapporté mardi en toute honnêteté.

Les travaux du REV, prévus dès la semaine prochaine, auront des répercussions sur les commerçants. «D’un coup que ça marche pour l’été prochain, c’est une chose, mais la majorité des commerçants ne s’y rendront pas [...]. Avec les travaux, on ne s’y rendra pas», a- tenu à faire part celui qui croit que ses invités ont compris son message.

M. De Godbout-Lescouzières reconnait que les réponses récoltées ne doivent pas être considérées comme une étude de marché, mais demeure content d'avoir pu échanger avec ces personnes. «En toute franchise, je crois que cette étude de marché là est aussi valable que celles implantées par Projet Montréal. [...] Elles ne le sont pas», a-t-il dit.

À la suite de la parution de son offre, plusieurs internautes lui avaient dit qu’ils iraient dépenser ailleurs lors de cette fin de semaine. Après avoir échangé avec d’autres de ses confrères de la rue Saint-Denis, il a indiqué qu’ils n’ont «pas eu de clientèle qui s’affichait en tant que cyclistes qui sont venus dépenser plus qu’une autre fin de semaine[...]. On ne les a pas vus».

En entrevue avec Richard Martineau sur QUB Radio mardi, M. de Godbout s’est encore une fois vidé le cœur. «J’ai une écoeurantite vraiment pas propre», a-t-il dit quant à l’administration de la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

«Il faut que les gens se réveillent. Il faut que l’on reprenne contrôle de notre ville, sinon il va y avoir des dommages qui seront irréparables pour très longtemps. C’est vraiment catastrophique ce qui se passe», a-t-il ajouté.

M. Godbout s’est aussi insurgé de l’attitude de l’administration Plante. «C’est volontaire et très malsain en termes de volonté politique de créer une guerre entre deux types de personnes qui se déplacent en ville, car il y a moyen de cohabiter ensemble.»

Le restaurateur réfléchit présentement à ses options, mais n’exclut pas pour le moment de prendre des mesures juridiques contre Projet Montréal. Dans un avenir plus rapproché, ce dernier indiquait qu’il ne pensait pas renouveler son bail, qui vient à échéance prochainement.

«Jusqu’en novembre 2021, elle va m’avoir dans ses pattes», a-t-il toutefois évoqué en parlant de la mairesse Plante et en faisant allusion à la date du prochain scrutin municipal.