Les propriétaires du restaurant «Pho King Bon» menacés de mort | 24 Heures MTL
/activities/restaurants

Les propriétaires du restaurant «Pho King Bon» menacés de mort

Guillaume Boutin, copropriétaire du bistro vietnamien Pho King Bon à Rosemère, est au bar de son restaurant avec un cadre de sa bière Phokme (fuck me).

 Photo Simon Dessureault /Agence QMI
Photo Agence QMI, Simon Dessureault

Guillaume Boutin, copropriétaire du bistro vietnamien Pho King Bon à Rosemère, est au bar de son restaurant avec un cadre de sa bière Phokme (fuck me). Photo Simon Dessureault /Agence QMI

Bien qu'ils aient changé le nom de nombreux plats sur leur menu et se soient excusés auprès de la communauté vietnamienne, les copropriétaires du controversé restaurant «Pho King Bon» sont victimes de menaces de mort sur les médias sociaux. 

• À lire aussi: Un restaurant aux jeux de mots à caractère sexuel

• À lire aussi: Le Pho King Bon s’excuse à la communauté vietnamienne

«C’est rendu un débat politique, estime le copropriétaire, Guillaume Boutin, dans une entrevue avec Sophie Durocher à QUB radio, mardi. Facebook est inondé par des gens du Vietnam qui sont offusqués. Je me fais [traiter de] sale Canadien. J’ai même reçu des menaces de mort. Des gens ont menacé de brûler le restaurant. Ça va un peu loin pour un menu qui se voulait humoristique, pour lequel je me suis excusé sincèrement et pour lequel nous avons rectifié le tir.» 

La semaine dernière, l'établissement de Rosemère au nord de la métropole a fait couler beaucoup d'encre pour les jeux de mots qu'il utilisait dans son menu, comme la soupe «PhoKit» et des shooters nommés «Viet Kong» et «Lichi MWA LKU». Ces appellations ont depuis été modifiées. 

«Je me suis rendu compte que je me suis peut-être enfargé avec certains jeux de mots trop osés, continue le restaurateur. J’ai présenté des excuses sincères à la communauté vietnamienne. Je ne voulais pas offusquer qui que ce soit ou m’en prendre à une culture.» 

Un «débat politique»

Cathy Wong, conseillère municipale à la Ville de Montréal et responsable du dossier de la langue française, juge que le nom du restaurant manque de respect à la langue française, mais également à la culture vietnamienne. 

«Je ne pense pas que le nom manque de respect envers la langue française ou la communauté vietnamienne, réplique M. Boutin. Il y a beaucoup de commerces qui s’affichent en anglais. Je ne vois pas en quoi ça peut offusquer la communauté québécoise ou celle de langue française. C’est un terme fréquemment utilisé par les Québécois.»

À lire aussi

Et encore plus