REM: la station de l’aéroport Montréal-Trudeau est menacée | 24 Heures MTL
/transports

REM: la station de l’aéroport Montréal-Trudeau est menacée

s

La crise mondiale que traverse le transport aérien en raison de la pandémie de COVID-19 met à mal l’une des stations phares du Réseau express métropolitain, celle de l’aéroport Montréal-Trudeau.

Notre Bureau d’enquête a appris que la construction de la station prévue sous l’aérogare, qui devait permettre de relier l’aéroport et le centre-ville de Montréal en 20 minutes, est compromise par de sérieuses difficultés financières. 

Elle risque de ne pas être terminée à temps pour 2023, faute d’argent, et pourrait même ne pas être construite s’il n’en tient qu’à Aéroports de Montréal (ADM), qui gère les installations. 

Financement privé

Cette station est la seule du futur Réseau express métropolitain (REM) qui est entièrement financée par le privé. 

Mais la pandémie mondiale qui sévit depuis le début de l’année a fait chuter les revenus d’activité de l’aéroport de 97 % et a stoppé sa croissance financière.  

Pire : le tunnelier qui doit creuser le passage qui se rendra sous les pistes doit commencer son travail dans moins d’un mois, et ADM ne sait toujours pas comment elle va régler la facture de la station sous l’aérogare. 

L’organisme a donc demandé un prêt et des conditions souples de remboursement aux gouvernements à Ottawa et à Québec. 

Après avoir dénoncé cet état de fait dans une lettre ouverte en juin, ADM semble avoir fait son nid. Pas de prêt, pas de station du REM à Montréal-Trudeau, ferait valoir l’organisation. Une véritable hérésie, selon nos sources gouvernementales. 

Des sources bien au fait des discussions entre ADM et Québec rapportent que les conditions de financement exigées par l’organisme seraient irréalistes. Les pourparlers n’ont abouti à rien pour le moment. 

« Essentielle pour le projet »

Livia Belcea, attachée de presse au bureau du ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, nous a indiqué hier que « la connexion avec l’aéroport est essentielle pour le projet ».

« C’est pour cela que nous allons continuer de travailler avec Aéroports de Montréal et nos autres partenaires, incluant la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec, afin de trouver une solution », a-t-elle poursuivi.

Ces difficultés surviennent au moment où la Ville de Dorval veut aussi sa part du gâteau. Elle aimerait que le REM soit prolongé pour se rendre à la gare Dorval, à environ 700 mètres plus au sud. 

Selon une étude de la firme Steer sur les hypothèses d’achalandage d’un tel prolongement, une station du REM à la gare Dorval amènerait 10 100 personnes à l’aéroport quotidiennement en 2024. En 2034, elle aurait le potentiel d’y amener 107 000 voyageurs chaque jour. 

À lire aussi

Et encore plus