Immeubles non résidentiels: Ensemble Montréal réclame une baisse temporaire des taxes | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Immeubles non résidentiels: Ensemble Montréal réclame une baisse temporaire des taxes

Lionel Perez, chef d'Ensemble Montréal
Photo Guillaume Cyr/24h

Lionel Perez, chef d'Ensemble Montréal

Pour soutenir les commerçants durement touchés par la crise sanitaire, le parti d’opposition Ensemble Montréal va présenter une demande afin que le gouvernement Legault permette une baisse temporaire des taxes pour les immeubles non résidentiels du centre-ville.

Une motion allant dans ce sens sera déposée lors de la prochaine séance du conseil municipal, le 21 septembre prochain.

L’idée d'accorder une diminution «temporaire et exceptionnelle» des taxes sur les immeubles non résidentiels a été avancée par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et par l’Institut de développement urbain du Québec lors des consultations prébudgétaires de l’administration de la mairesse Valérie Plante.

«Aux grands maux les grands moyens: le caractère exceptionnel de cette proposition convient très bien à la nature exceptionnelle de la crise qui frappe notre centre-ville, a dit le chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez. Les commerces ont besoin d’une aide concrète et rapide.»

«Les commerçants du centre-ville vivent en ce moment la tempête parfaite: les tours à bureaux sont vides, les étudiants restent à la maison et les touristes ne sont pas au rendez-vous», a indiqué pour sa part Aref Salem, porte-parole d’Ensemble Montréal en matière de développement économique.

«Et on ignore durant combien de temps cette situation va se prolonger, a-t-il enchaîné. Les voies piétonnes et les amuseurs publics, c’est bien beau, mais les commerçants du centre-ville ont vraiment besoin d’un coup de pouce financier pour passer à travers l’année.»

Toutefois, même si cette motion était adoptée par la Ville, il n’est pas du tout certain qu’une diminution des taxes profite aux commerçants. Les propriétaires d’édifices seraient ceux qui verraient assurément leur facture diminuer et ils ne refileront pas nécessairement leur économie à leurs commerçants locataires. De plus, la majorité de la valeur foncière du centre-ville ne concerne pas des commerces, mais des bureaux.

Dans sa motion, dont le libellé a été rendu public mercredi, Ensemble Montréal rappelle que les espaces de travail des tours de bureaux seraient occupés de 5 à 10 %, ce qui prive les commerçants du centre-ville de revenus. De plus, un million de touristes sont attendus à Montréal d’ici la fin de l’année, alors qu’on a l’habitude d’en accueillir 11 millions, selon les chiffres de Tourisme Montréal.

À lire aussi

Et encore plus