Montréal: les véhicules de Communauto pourront être garés au centre-ville pour 5 $ | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Montréal: les véhicules de Communauto pourront être garés au centre-ville pour 5 $

Image principale de l'article Assouplissement des règles de stationnement
Sébastien St-Jean/24H Montréal/ AGENCE QMI

Il sera bientôt possible de laisser une voiture Communauto pratiquement n'importe où au centre-ville de Montréal pour seulement 5 $.

D'ici la fin septembre, les utilisateurs du programme sans réservation FLEX de Communauto pourront terminer leur trajet en laissant leur voiture sur un espace de stationnement tarifé de la Ville de Montréal pour la modique somme de 5 $. À titre comparatif, il faut habituellement débourser 3,50 $ par heure pour se garer à ces endroits.

Une centaine de clients de l'entreprise d'autopartage expérimente déjà depuis quelques jours cette option dans le quadrilatère compris entre les rues Viger, Sherbrooke, Saint-Hubert et Guy.

D'ici la fin du mois, cette option sera disponible pour tous les utilisateurs du programme FLEX, a annoncé mercredi la compagnie, accompagnée par l'Agence de mobilité durable (qui gère le stationnement à Montréal) et la Ville.

Aucun frais supplémentaire ne sera exigé aux personnes qui commencent un trajet avec une voiture Communauto située dans ces espaces.

«Cette offre se veut un complément aux services déjà disponibles comme le transport en commun, le taxi et le vélopartage pour les déplacements pour lesquels l’utilisation d’une voiture reste nécessaire», a expliqué le président et fondateur de Communauto, Benoît Robert.

Ce dernier précise que malgré le prix modique payé par les utilisateurs, le prix du stationnement qui sera facturé à sa compagnie par la Ville est le même que celui des automobilistes qui utilisent leur propre voiture. Communauto épongera la différence de prix s'il y a lieu.

L'utilisation des quelque 2000 véhicules d'autopartage de Communauto est en forte progression à Montréal. Une hausse de 20 % a d'ailleurs été enregistrée en juin et juillet par rapport à la même période l'an dernier, rapportait le «24 Heures» récemment.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus