Il fera Montréal à Québec en fauteuil roulant | 24 Heures MTL
/mtl-news/society

Il fera Montréal à Québec en fauteuil roulant

Image principale de l'article Il fera Montréal à Québec en fauteuil roulant
BÉATRICE ROY-BRUNET/24 HEURES/AGENCE QMI

Après avoir complété un marathon en fauteuil roulant l’an dernier, Maxime Drolet-Gauthier se fixe la barre encore plus haute: il tentera de parcourir en deux jours les 300 kilomètres séparant Montréal de Québec au profit de la fondation Neuro-Concept.

Le Montréalais, qui est devenu tétraplégique à la suite d'un accident d'automobile en 2013, désire compléter son périple de biathlon accompagné de son frère jumeau. Le coup de départ sera donné, le 19 septembre, à la clinique Neuro-Concept de Verdun, et le trajet se terminera à l'hôtel Must de Québec. 

Maxime Drolet-Gauthier fera plus des deux tiers du parcours sur un vélo adapté, et le reste en fauteuil roulant.

«La première journée, ça va être 212 kilomètres de vélo et le lendemain c’est 84 kilomètres de course», a résumé l’athlète de 26 ans. Les kilomètres effectués sur le vélo pourraient prendre jusqu’à 12 heures à faire, selon lui.

BÉATRICE ROY-BRUNET/24 HEURES/AGENCE QMI

«C’est juste essayé de montrer que ce n’est pas facile, mais quand tu mets des efforts sur quelque chose tu peux arriver à quelque chose. C’est de même que je le vois», a-t-il ajouté.

Le Montréalais aimerait amasser grâce à cette épreuve 15 000 $ pour la fondation Neuro-Concept, dont il est le président. L’argent récolté servira essentiellement à aider 10 personnes à mobilité réduite en leur offrant un abonnement annuel dans un gym adapté et financera certains besoins de la fondation.

Débutant à vélo

Si Maxime Drolet-Gauthier est habitué aux événements de course, le vélo est une autre paire de manches. «Le bicycle je n’en ai pas fait tant, a-t-il confié. Je l’ai acheté il y a environ deux semaines. Je n’en ai jamais fait avant.»

Ce dernier demeure toutefois confiant de compléter la distance en raison de ses entraînements de course réguliers des dernières années. Il prend souvent d’assaut le parc à proximité de son domicile à LaSalle.

«Chaque duplex autour du parc, je connais tout le monde. Ça fait deux ans que je m’entraîne et il y a toujours une madame qui compte mes tours sur son balcon. Ça fait comme un mouvement collectif», a-t-il raconté.

La date de l’épreuve n’a pas été sélectionnée au hasard. En raison de ses blessures, son système de sudation ne fonctionne plus. «Le système de sudation sert à refroidir ton corps. C’est pour ça que je me suis dit que septembre serait mieux qu’en plein été», a-t-il expliqué.

Peur de se perdre

La plus grande peur du cycliste ne réside pas dans le défi physique, mais bien dans la possibilité de se perdre durant le parcours. «Tu ne peux pas avoir ton cellulaire sur le GPS. Quand tu mets ça sur ton cell, la batterie dure comme trois heures», a-t-il dit.

Le trajet a donc été divisé en 10 parties selon certains endroits où il rencontrera son père et son ami qui seront en voiture. Les problèmes liés à l'équipement pourront donc être réglés rapidement.

Maxime Drolet-Gauthier a présentement amassé 900 $ de son objectif. Il est possible de l’encourager en allant sur la plateforme GoFundMe.com et en tapant son nom pour trouver sa collecte de fonds.

POUR D'AUTRES HISTOIRES INSPIRANTES 

Joël Lemay / Agence QMI

VISITEZ le nouveau site du 24 Heures Montréal

CLIQUEZ «J'aime» sur notre page Facebook

À lire aussi

Et encore plus