Première journée pour le nouveau règlement sur le port du masque | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Première journée pour le nouveau règlement sur le port du masque

Image principale de l'article Première journée pour le nouveau règlement
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Les policiers peuvent distribuer des amendes aux citoyens qui refusent de porter leur masque dans les lieux publics depuis samedi. Celles-ci peuvent varier entre 400 $ et 6000 $ selon la situation.

Le Service de police de Montréal (SPVM) ne détenait aucune statistique sur le nombre d’amendes distribuées durant la journée de samedi.

Dans le métro

Un groupe de policiers surveillait les allées et venues des usagers dans les transports publics de la ville, faisant des interventions avec ceux dont le masque n’était pas mis correctement.

Le 24 Heures a pu voir trois personnes sans masque descendre à un quai de la station Berri-UQAM sans recevoir d’amendes. Deux d’entre elles ont échangé avec les policiers.

À plusieurs quais de métro, le 24 Heures n’a observé aucun policier, mis à part les policiers croisés à Berri-UQAM.

Il n’y avait aucune surveillance policière dans le centre commercial Eaton à Montréal lorsque le 24 Heures s’y est promené en après-midi samedi.

Sensibilisation

Le porte-parole du SPVM Manuel Couture a affirmé que les effectifs policiers resteront les mêmes et que les agents en poste porteront une «attention spéciale» au respect de la directive de la Santé publique.

«Nous avons une approche qui est davantage axée sur la sensibilisation. Par exemple une personne qui entre dans le métro et qui ne porte pas son masque, le policier va s’approcher pour dire : vous devez porter votre masque. La personne va répondre «Ah! Oui j’ai oublié!» et va mettre son masque. Alors quand on parle de sensibilisation, on veut aussi dire coopération du public», a expliqué M. Couture.

«Une personne qui refuse de mettre le masque, alors elle s’expose à recevoir une amende. Mais la première approche c’est vraiment la collaboration. [...] Les policiers ne sont pas dans une approche de répression de ce comportement-là», a souligné le porte-parole du SPVM.

Mesures disciplinaires

La plupart des personnes rencontrées par le 24 Heures n’étaient pas craintives de recevoir de contravention.

«Moi je le porte tout le temps alors ce n’est pas un enjeu», a dit Cyrille Gawlowski.

Son ami Édouard Bertrand est dans la même situation et ne croit pas recevoir d’amende puisqu’il a dit toujours porter son masque lorsque la loi l‘indique.

Denise Guérin et Johanne Larammé ne sont pas inquiètes. «On porte toujours le masque», ont-elles affirmé.

À lire aussi

Et encore plus