Plus de 3800 familles ont participé à une collecte de denrées | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Plus de 3800 familles ont participé à une collecte de denrées

Malgré la pluie, plus de 2000 de bénévoles sur l’île de Montréal, à Laval et sur la Rive-Sud se sont déplacés dimanche pour ramasser des denrées laissées à même le perron des donateurs, dans le cadre de l’initiative «Miracle du 13 septembre». 

«J’ai entendu dire de beaucoup de volontaires que c’était la chose la plus inspirante qu’ils avaient faite depuis un long moment», relate la coorganisatrice de l’évènement Gillian Aitken.

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

L’évènement «Miracle du 13 septembre» invitait les citoyens à laisser des denrées sur leurs perrons, afin de lutter contre l’insécurité alimentaire dans un contexte de pandémie.

Des bénévoles s’occupaient d’aller les chercher et de les déposer dans l’un des 120 points de chute mis en place par les organisateurs.

Au total, 3861 ménages ont signalé qu’il y aurait de la nourriture devant leur porte via le site web de l’évènement (miracle13septembre.org). Tous les dons seront remis aux banques alimentaires des quartiers où les denrées ont été collectées.

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

La façon dont était organisé l’évènement a permis de minimiser les contacts en temps de pandémie, fait valoir Mme Aitken.

Les bénévoles

Les bénévoles devaient circuler dans leur véhicule et récupérer les paquets de nourriture déposés sur les portiques des citoyens.

«J’ai pris mon temps, parce que je voulais être certain de ne pas manquer une porte. Il y a une fois que je me suis demandé si c’était pour nous, j’ai sonné à la porte et on m’a répondu que c’était bien à nous», explique Sonny Moroz, un bénévole venu de Mont-Royal pour donner un coup de main au secteur de Côte-des-Neiges.

CAMILLE LALANCETTE/24 HEURES/AGENCE QMI

Deborah Wiens et ses amis voulaient absolument participer. «Depuis la pandémie, il n’y a pas beaucoup de choses que nous pouvons contrôler. Mais au moins une chose que l’on peut offrir c’est son temps et de donner de la nourriture. J’étais vraiment contente de faire quelque chose qui m’était accessible», explique-t-elle.

À lire aussi

Et encore plus