Montréal est «à la croisée des chemins» | 24 Heures MTL
/mtl-news/crimes

Montréal est «à la croisée des chemins»

Image principale de l'article Montréal est «à la croisée des chemins»
Pascal Girard/AGENCE QMI

«Le phénomène de la culture des armes à feu, qui sévit à Toronto depuis plusieurs années, est maintenant aux portes de Montréal. Nous sommes à la croisée des chemins.»

• À lire aussi: Crimes violents : la surveillance policière augmentera à Montréal

C’est le constat que le juge Dennis Galiatsatos, de la Cour du Québec, tirait il y a quelques mois lorsqu’il a condamné un Montréalais trouvé coupable de possession illégale d’une arme semi-automatique à une peine deux fois plus sévère que celle suggérée par les procureurs au dossier.

Nicholas Baptiste, résident de l’arrondissement LaSalle, a écopé de 32 mois de pénitencier, le 12 mai, pour s’être fait prendre avec un fusil SKS de calibre 7.62 muni d’un chargeur de 30 balles.

Le juge en profitait pour interpeller les pouvoirs publics concernés par ce fléau. Sa mise en garde est toujours pertinente.

Éviter le sort de Toronto

«Montréal ne devrait pas subir le même sort que sa ville-sœur Toronto. Il reste du temps pour agir», a-t-il observé en déplorant que la métropole soit «assaillie par une recrudescence des crimes par armes à feu» qui surviennent presque chaque semaine depuis un an.

«La situation se dégrade et appelle à des actions fermes et sans équivoque des tribunaux afin d’aplanir la courbe de la prolifération des ces crimes», a tranché le juge Galiatsatos, en rappelant que les gouvernements et dirigeants municipaux ont, eux aussi, «leur rôle à jouer».

Mairesse préoccupée

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a réagi hier en se disant «préoccupée» et en assurant que la situation est prise «très au sérieux».

«C’est inacceptable», a-t-elle répété durant une mêlée de presse portant sur les récents épisodes de violence avec armes à feu dans la métropole.

Elle a plaidé que des effectifs supplémentaires seront déployés à court terme pour accroître la présence policière dans le Vieux-Montréal, ainsi que dans le secteur Pointe-aux-Trembles où des coups de feu ont été tirés sur un immeuble résidentiel durant la nuit de lundi.

«On veut rassurer la province. On a besoin de voir la présence de policiers», a insisté la mairesse.

- Avec Alex Proteau, Agence QMI

À lire aussi

Et encore plus