Une rentrée virtuelle... et simplifiée | 24 Heures MTL
/jobs

Une rentrée virtuelle... et simplifiée

Image principale de l'article Une rentrée virtuelle... et simplifiée
Pixel-Shot - stock.adobe.com

Alexane Leclerc, 24 ans, est à la fois étudiante à la maîtrise clinique en sexologie à l’UQAM et étudiante programme court de deuxième cycle en psychologie légale à l’UQTR. Étudier à distance ? De quoi lui simplifier la vie !

• À lire aussi: Mode d'emploi pour réussir ses cours à distance

• À lire aussi: Quatre stratégies pour rester motivé toute la session

• À lire aussi: La techno à la rescousse

• À lire aussi: Trois nouveautés automnales

Comment t’es-tu préparée pour cette rentrée scolaire « hors de l’ordinaire » ? Est-ce que cela a nécessité une réorganisation de ton quotidien ?

Quoique ce n’est pas mon premier choix, force est d’admettre que cette session à distance facilitera mon quotidien cet automne. Puisque j’ai à plusieurs reprises suivi des cours à distance, la formule ne m’apporte aucun stress supplémentaire. Je vais même pouvoir prolonger mon emploi d’été dans ma ville natale et profiter davantage de celle-ci et de ma famille, n’ayant plus besoin de me déplacer autant que ce qui était prévu.

Quels sont les avantages d’étudier à distance ?

Les études à distance représentent dans mon cas une considérable réduction du temps perdu à voyager entre mon lieu de résidence et les deux universités où je suis inscrite cet automne (Montréal et Trois-Rivières). Les coûts associés à ce voyagement sont également réduits : vignette de stationnement, essence, frais de transport en commun et j’en passe.

De plus, l’avantage premier des études à distance est, pour moi, le fait qu’on puisse étudier n’importe où. Seule une connexion Internet suffit pour assurer la poursuite de la session !

Quelles sont tes craintes face à cette nouvelle réalité ?

Pour ma part, l’enjeu est de rester motivée. Le niveau d’activité d’un auditorium rempli d’étudiants n’est aucunement comparable à la monotonie d’une classe sur Zoom dans laquelle l’ensemble du groupe a coupé son volume et éteint sa caméra !  

Je crains également que les mesures sanitaires compliquent l’instauration de groupes d’étude entre pairs et que la tendance soit davantage à l’étude en solo cet automne.

La session d’automne va demander beaucoup d’indulgence de la part de l’ensemble des individus impliqués et j’espère que tous seront ouverts et prêts à effectuer les ajustements nécessaires.

À lire aussi

Et encore plus