Un Montréalais vit et se déplace toujours avec son chat | 24 Heures MTL
/mtl-news/society

Un Montréalais vit et se déplace toujours avec son chat

s

Avec sa chatte Lara Croft juchée sur son épaule droite à la manière d’un perroquet, Jacques Pépin, un caissier de dépanneur de 58 ans, arpente les rues d’Hochelaga à vélo. Il travaille avec sa chatte (qui dort derrière le comptoir). Il rend visite à ses amis avec sa chatte. Il a même fait du camping trois fois cet été en portant à vélo autant ses bagages que son chat, une expédition de presque 30 km.

Jacques Pépin a nommé sa chatte Lara Croft – nom de la populaire aventurière de jeux vidéo - parce qu’il lui reconnaît, dit-il, une «âme de guerrière». Il lui a appris à se tenir sur son épaule, d’abord en marchant, puis à vélo, lorsqu’elle n’avait que quelques semaines. «Elle n’est jamais tombée, mais il a fallu beaucoup de patience et de temps, et ce n’est pas sûr que ça fonctionnerait avec n’importe quel chat.»

Louis-Philippe Messier / 24H

Une bande de tissu épaisse sur l’épaule droite du maître permet à la bestiole de planter ses griffes à sa guise pour se stabiliser. Un sac à dos toujours ouvert sert de refuge en cas de pluie ou de frousse : «Elle rentre dedans et sort juste la tête pour observer».

Peurs

Les principales craintes de Lara Croft sont les bennes à ordure et autres gros camions bruyants, les chantiers de construction tapageurs et les sirènes véhicules d’urgence. Âgée d’à peine 18 mois, elle a parcouru plus de 3000 km, estime son maître. Notamment, elle a franchi plusieurs fois à «vélo-surf» l’estacade du pont Samuel-De Champlain.

• À lire aussi: Des primes pour encourager le retour au bureau?

À l’exception de l’épicerie qui refuse son chat, M. Pépin fait toutes ses commissions avec l'animal. «Elle est en laisse avec son harnais sur mon épaule, alors le monde ne fait pas de chichi», explique-t-il.

Louis-Philippe Messier / 24H

Habitude

Les chats aiment la routine, alors Jacques Pépin utilise toujours les mêmes routes et revisite les mêmes lieux. «Tous les soirs, j’ai un trajet rituel à vélo que je répète pour que mon chat garde l’habitude, et si jamais je dévie du circuit habituel, elle le remarque et je sens qu’elle n’aime pas ça», raconte-t-il.

Lors de son premier périple de camping à Sainte-Catherine, sur la Rive-Sud, Lara Croft était perturbée. «Je suis retourné deux fois par la suite exactement au même endroit et elle se reconnaissait.»

Sourires

Jacques Pépin est un homme populaire depuis qu’il va partout sa chatte à l’épaule. «Quand je suis allé voir les moutons au parc Maisonneuve, les gens ont lâché les moutons et sont venus voir mon chat.»

Les clients du dépanneur Marché Dussault à l’angle des rues Hochelaga et Cuvillier où M. Pépin tient la caisse la fin de semaine sont aussi habitués à la présence de Lara Croft. «Le monde me trouve bizarre un peu, mais ce n’est pas grave. Tous ceux qui voient mon chat tombent relax et sourient», dit. M. Pépin.

À lire aussi

Et encore plus