Bientôt la fin pour la première pizzéria NO.900? | 24 Heures MTL
/activities/restaurants

Bientôt la fin pour la première pizzéria NO.900?

La propriétaire de la Pizzéria NO.900 de la rue Bernard, Mélanie Mailhiot.
ALEX PROTEAU/24 HEURES/AGENCE QMI

La propriétaire de la Pizzéria NO.900 de la rue Bernard, Mélanie Mailhiot.

Le premier établissement de la chaine Pizzéria NO.900, située sur la rue Bernard dans l’arrondissement d’Outremont, pourrait cesser ses activités en mars 2021. La Ville de Montréal, propriétaire du local que loue le resto, ne garantit pas qu’ils renouvelleront leur bail, une situation qui contrarie la fondatrice de la pizzéria.

«Je suis tombée en bas de ma chaise», exprime sans détour Mélanie Mailhiot, fondatrice et propriétaire de la pizzéria qui a pignon sur rue dans le Théâtre Outremont, immeuble emblématique du quartier dont la Ville est propriétaire.

En mai dernier, Mme Mailhiot a reçu un courriel de la part de la Ville de Montréal lui apprenant que son bail ne serait pas renouvelé. Ses associés et elle tentent depuis de négocier avec la Ville pour faire en sorte que la pizzéria puisse continuer de servir les Montréalais. Elle croyait que cette histoire se réglerait rapidement, mais elle en est déjà à quatre mois de pourparlers avec la Ville.

Alex Proteau/24 Heures/Agence QMI

Selon elle, la Ville leur offre la possibilité de prolonger leur bail d'un an à condition qu’ils cessent d’utiliser les espaces de rangement situés au sous-sol du théâtre. Dans cette situation, la propriétaire de la pizzéria aimerait que le bail soit prolongé de quatre ans, vu les coûts engendrés par le réaménagement.

Selon les dires de Mme Mailhiot, la Ville souhaite «peut-être» utiliser le petit local de 585 pieds carrés pour «des projets de culture». Le restaurant peut accueillir normalement 18 clients, au maximum 24, précise Mme Mailhiot. Ce même espace a d’ailleurs remporté le prix du jury des prix Commerce Design Montréal en 2015, opération menée par la Ville de Montréal.

La Ville n'a pas voulu préciser au 24 Heures ce qu'elle comptait faire des locaux, et a simplement indiqué qu'aucune décision n'a encore été prise à propos du renouvellement ou non-renouvellement du bail. «Des discussions sont en cours, dans le but de trouver des solutions qui pourraient satisfaire les diverses parties impliquées», a soutenu la Ville par courriel.

Déception

Alexandre Brunet, associé de Mme Mailhiot et cofondateur du restaurant, est du même avis qu'elle. «Pourquoi la Ville voudrait qu’on s’en aille?» se questionne-t-il. Ce dernier insiste sur le fait qu’il n’a jamais payé un loyer en retard en plus d’avoir un dossier sans faute auprès du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ).

La propriétaire de la pizzéria NO. 900 Bernard, Mélanie Mailhiot, utilise des espaces inoccupés au sous-sol du théâtre pour son restaurant.

Alex Proteau / 24 HEURES / QMI

La propriétaire de la pizzéria NO. 900 Bernard, Mélanie Mailhiot, utilise des espaces inoccupés au sous-sol du théâtre pour son restaurant.

«Tu gagnes ta vie et on le sait que nous sommes dans une période difficile. La restauration, ce n’est pas facile. Mélanie a tout donné. [En mars], elle n’aura plus de job et 20 autres personnes non plus», déplore-t-il.

«C’est toute ma vie ici», poursuit Mme Mailhiot, précisant qu’elle n’a jamais quitté l’arrondissement et consacre «ses jours et ses nuits» à son établissement depuis près de six ans. Ses associés et elle ont investi plus de 500 000$ en cinq ans dans ce local qui nourrit 60 000 personnes annuellement. Depuis, 24 autres succursales ont poussé à travers La Belle Province.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus