Festin pour les sans-abri du Camping Notre-dame | 24 Heures MTL
/mtl-news/society

Festin pour les sans-abri du Camping Notre-dame

Image principale de l'article Festin pour les sans-abri du Camping Notre-dame
LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Un restaurateur de rue a payé la traite aux itinérants du «Camping Notre-Dame » qui se sont partagé un festin de 70 repas dont des poutines mexicaines avec guacamole et crème sure, ainsi que des tacos et burritos au porc effiloché ou aux falafels. Le camion-restaurant Mi Corazon assurait ainsi un service que les compagnies privées paient normalement au minimum 1500 $.

• À lire aussi: Campements de sans-abris : du «jamais vu» depuis la Seconde Guerre mondiale

• À lire aussi: [PHOTOS] «Camping Notre-Dame»: il passe une nuit dans un campement de fortune dans Hochelaga

Vers 14 heures samedi dernier, le Mi Corazon s’est garé vis-à-vis le carré Dézéry en bordure de la piste cyclable qui longe la soixantaine de tentes où des itinérants continuent de vivre malgré une température automnale de moins en moins clémente. (L’événement n’était pas annoncé ; le journaliste passait par hasard.)

Le chef Rafaël Martinez a distribué, avec son camion-restaurant Mi Corazon, des repas à plusieurs habitants du «Camping Notre-Dame» dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal. Photo prise le 19 septembre 2020
LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Le chef Rafaël Martinez a distribué, avec son camion-restaurant Mi Corazon, des repas à plusieurs habitants du «Camping Notre-Dame» dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal. Photo prise le 19 septembre 2020 LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

«Ça peut sembler fou, mais ça a été la plus grosse foule de l’année devant notre camion», dit le chef-propriétaire Rafaël Martinez, dont le restaurant mobile n’a pas pu bénéficier cette saison des habituelles mannes que représentent les festivals Osheaga ou Mile Ex End Montréal, annulés en raison de la COVID-19.

Sollicitude


Domicilié dans Hochelaga-Maisonneuve, M. Martinez explique sa sollicitude à l’égard des «gens de la rue» par le fait qu’il a lui-même brièvement vécu comme un vagabond dans une tente au milieu des années 1990 à Québec et dans l’Ouest canadien. Son amour de la cuisine, dit-il, l’a réchappé en lui donnant une profession qu’il aime.

Le chef-propriétaire du camion-restaurant Mi Corazon, Rafaël Martinez, a distribué de la nourriture aux personnes qui habitent dans les tentes du «Camping Notre-Dame», un campement d'itinérants dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal. Photo prise le 19 septembre 2020
LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Le chef-propriétaire du camion-restaurant Mi Corazon, Rafaël Martinez, a distribué de la nourriture aux personnes qui habitent dans les tentes du «Camping Notre-Dame», un campement d'itinérants dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal. Photo prise le 19 septembre 2020 LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Après avoir tenu la cuisine de la goélette Sedna IV entre Gaspé et les îles Galapagos pour l’équipage du biologiste Jean Lemire dans sa mission 1000 jours pour la planète, Rafaël Martinez a brièvement cuisiné pour le Club Saint-James à Montréal, puis il est devenu l’un des quatre chefs du Jardin botanique. En parallèle, il dirige le camion-restaurant Mi Corazon depuis 2015.

« Le monde est généreux »


L’initiative du Mi Corazon a été très bien reçue. «C’était excellent, génial, leur nourriture!» s’exclame Guylain Levasseur, 55 ans, qui vit dans une roulotte aux abords du camping. Celui que tout le monde appelle Guylain gère depuis sept ans un organisme appelé Dehors Novembre (un clin d’œil à la chanson des Colocs) et exploite une cuisine installée directement dans la rue.

Guylain Levasseur gère depuis sept ans un organisme appelé Dehors Novembre et exploite une cuisine installée directement dans la rue, à proximité des tentes du «Camping Notre-Dame», où des itinérants se sont installés dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal. Photo prise le 19 septembre 2020
LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Guylain Levasseur gère depuis sept ans un organisme appelé Dehors Novembre et exploite une cuisine installée directement dans la rue, à proximité des tentes du «Camping Notre-Dame», où des itinérants se sont installés dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal. Photo prise le 19 septembre 2020 LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

«Un homme en fin de vie m’a accompagné chez Canadian Tire pour acheter une génératrice de 1200 $ qui me permet de cuisiner pour le Camping Notre-Dame», raconte le bienfaiteur qui entend persister tant qu’il restera des tentes.

À sa cuisine, les dons de matériel et de nourritures affluent de la part de sympathisants, d’organismes ou de restaurants. Lors de l’entrevue, une boîte de 26 kilos de saucisses surgelées et une caisse de 180 œufs venaient d’arriver.

«Le monde est généreux, très généreux», constate M. Levasseur.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus