REM : Plus de 100 marches pour traverser la voie ferrée | 24 Heures MTL
/transports/bikepedestrian

REM : Plus de 100 marches pour traverser la voie ferrée

La passerelle temporaire installée au-dessus de la future voie du Réseau express métropolitain (REM) permet de connecter le chemin Canora et Dunkirk Road, dans la ville de Mont-Royal. Photo prise le 18 septembre 2020. MAXIME AUGER/24 HEURES/AGENCE QMI
MAXIME AUGER/24 HEURES/AGENCE QMI

La passerelle temporaire installée au-dessus de la future voie du Réseau express métropolitain (REM) permet de connecter le chemin Canora et Dunkirk Road, dans la ville de Mont-Royal. Photo prise le 18 septembre 2020. MAXIME AUGER/24 HEURES/AGENCE QMI

Une passerelle installée au-dessus de la future voie du Réseau express métropolitain (REM) dans la ville de Mont-Royal ne passe pas inaperçue auprès des résidents du secteur.

• À lire aussi: Rive-Sud: les premières stations du REM prennent forme

Entièrement métallique, la passerelle temporaire s’élève à une hauteur de 7 mètres et compte 54 marches de chaque côté. En place depuis plus d’une semaine, elle sera en service jusqu’à la fin de travaux du pont Cornwall, soit encore pour un minimum de sept mois.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ont dénoncé la situation, en plus de rappeler que ce sont principalement de jeunes enfants qui vont s’en servir, puisque deux écoles primaires se trouvent à proximité.

«On trouve ça très haut. On pense que c’est pour les grues. Mais juste un peu plus loin, il y a une autre passerelle qui est beaucoup moins haute», explique une résidente rencontrée sur place, qui n’a pas voulu s’identifier.

«Cinquante marches de chaque côté, c’est trop. Ce n’était pas la façon de faire. C’est trop haut pour de jeunes enfants», mentionne un autre résident, qui a aussi voulu garder l’anonymat.

Pour expliquer la hauteur de la structure, le bureau du REM mentionne qu’il n’avait d’autre choix que de procéder ainsi. «La hauteur de la passerelle est en raison des activités de chantier, qui se font juste en-dessous, puisque des véhicules lourds doivent passer dans le cadre de nos travaux et également en raison des contraintes topographiques, car la voie ferroviaire n’est pas en tranchée, mais au sol à cet endroit», précise le porte-parole Jean-Vincent Lacroix.

Accessibilité

D’autres déplorent que le REM ait changé les plans de la passerelle, qui devait au départ être permanente et accessible aux cyclistes, aux poussettes et aux personnes à mobilité réduite. «Ils devaient la rendre accessible pour les cyclistes. Ce n’est pas vrai que je vais monter mon vélo là-haut », reproche Francis Methot, qui habite dans le secteur.

M. Lacroix confirme qu’une passerelle permanente et accessible universellement devait être construite initialement, mais qu’une autre solution s’est proposée. «Suivant une entente avec Ville de Mont-Royal et les défis importants d’intégration d’une telle passerelle à long terme, il a été décidé d’ajouter une dalle-parc dans le cadre du projet pour offrir un nouveau lien piéton plus attrayant.»

Les cyclistes et les personnes à mobilité réduite doivent emprunter le pont du boulevard Laird qui se trouve 600 mètres plus loin s’ils souhaitent traverser la voie ferrée.

La passerelle temporaire installée au-dessus de la future voie du Réseau express métropolitain (REM) permet de connecter le chemin Canora et Dunkirk Road, dans la ville de Mont-Royal. Photo prise le 18 septembre 2020. MAXIME AUGER/24 HEURES/AGENCE QMI

MAXIME AUGER/24 HEURES/AGENCE QMI

La passerelle temporaire installée au-dessus de la future voie du Réseau express métropolitain (REM) permet de connecter le chemin Canora et Dunkirk Road, dans la ville de Mont-Royal. Photo prise le 18 septembre 2020. MAXIME AUGER/24 HEURES/AGENCE QMI

De son côté, le maire de Mont-Royal, Philippe Roy, a de la difficulté à comprendre l’emplacement de la passerelle. «Nous on avait proposé un autre endroit, où elle aurait été beaucoup moins haute. Et eux, ils ont mis la passerelle exactement à l’endroit où le train est le plus haut.»

Le maire déplore aussi que les délais d’installation n’aient pas été respectés. «Elle n’était pas là au jour 1 de la rentrée scolaire. Mais maintenant elle est là, et c’est temporaire. Si tout va bien, le pont Cornwall va être rouvert au mois d’avril.»

Toutefois, M. Roy mentionne que la ville est «dans le pire» du projet et que le gros du chantier qui chamboule les activités du centre-ville va être terminé d’ici sept à 12 mois.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus