Plus de chaleur chez les restaurateurs | 24 Heures MTL
/activities/restaurants

Plus de chaleur chez les restaurateurs

Portrait d’Ali Ma, restaurateur au Marché des Éclusiers dans le Vieux-Montréal, entouré de chaufferettes pour chauffer sa terrasse, à Montréal, mardi le 22 septembre 2020.
JOEL LEMAY/AGENCE QMI
Joël Lemay / Agence QMI

Portrait d’Ali Ma, restaurateur au Marché des Éclusiers dans le Vieux-Montréal, entouré de chaufferettes pour chauffer sa terrasse, à Montréal, mardi le 22 septembre 2020. JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Les chauffe-terrasses sont devenus des outils indispensables pour plusieurs restaurateurs alors que la COVID-19 limite le nombre de personnes qui peuvent se trouver à l'intérieur de leurs établissements.

«Ça nous a sauvés! C’est une grande terrasse que l’on a et on est très chanceux», a témoigné Luc Laroche, président du Groupe Richmond, qui exploite le restaurant du même nom dans le quartier Griffintown à Montréal.

«Ça fait une semaine qu’on a commencé à chauffer à l’aide de huit habaneras au gaz», a-t-il expliqué.

«Vendredi dernier, il y avait des clientes habillées en bretelles spaghetti! Les clients sont confortables. Cela fait une grosse différence! Ça nous donne plus de jeu pour accueillir des clients qui désirent encore être à l’extérieur», a dit le restaurateur, qui prévoit garder sa terrasse ouverte jusqu’au 1er novembre.

Ali Ma, restaurateur au Marché des Éclusiers dans le Vieux-Montréal, a installé des chaufferettes pour chauffer sa terrasse, à Montréal, mardi le 22 septembre 2020.
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Ali Ma, restaurateur au Marché des Éclusiers dans le Vieux-Montréal, a installé des chaufferettes pour chauffer sa terrasse, à Montréal, mardi le 22 septembre 2020. JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Le restaurant de cuisine végétalienne LOV, sur la rue de la Montagne, compte également sur son équipement de chauffage pour répondre à la demande des clients qui préfèrent s’installer dehors plutôt qu’à l’intérieur, même si les températures se rafraîchissent en soirée.

«On est super bien équipés! On possède deux types de chauffe-terrasses: on a le premier modèle qui est installé en dessous de nos auvents et l’autre qui est une sorte de lampadaire en forme de champignon», a relaté Dominic Bujold, fondateur des restaurants LOV.

«Le lampadaire est capable de réchauffer une table de quatre à six personnes, alors on est corrects avec la nouvelle norme de la Santé publique avec six personnes maximum par table», a-t-il souligné.

Des chaufferettes et une tente

Du côté du Vieux-Montréal, le populaire Marché Les Éclusiers a fait non seulement l’acquisition de chaufferettes, mais aussi d’une tente.

«On a investi dans l’achat de 20 chaufferettes et on a même installé une tente en cas de pluie. S’il pleut, on peut quand même profiter de la terrasse jusqu’à la fin de l’automne», a dit Ali Ma, gestionnaire de l'endroit.

Portrait d’Ali Ma, restaurateur au Marché des Éclusiers dans le Vieux-Montréal, entouré de chaufferettes pour chauffer sa terrasse, à Montréal, mardi le 22 septembre 2020.
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Portrait d’Ali Ma, restaurateur au Marché des Éclusiers dans le Vieux-Montréal, entouré de chaufferettes pour chauffer sa terrasse, à Montréal, mardi le 22 septembre 2020. JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Son partenaire Alexandre Brosseau assure que cet investissement en vaut grandement la peine pour continuer à attirer les clients.

«Ça fait un mois qu’on a les chaufferettes et c’est primordial, car dès qu’il n’y a plus de soleil, il fait froid. Cet automne, c’est un "timing" particulier à Montréal: en même temps que les terrasses vont fermer, il risque d’y avoir la deuxième vague et avec la zone orange on se rend compte des risques de reconfinement», a fait remarquer M. Brosseau.

«Une chance qu’on a une terrasse, pour rendre les gens plus confortables à l’extérieur», a-t-il conclu.

Les appareils de chauffage extérieur se vendent comme des petits pains chauds 

Gabrielle Morin-Lefebvre / 24 Heures

Les restrictions entourant les rassemblements intérieurs poussent les Québécois à s'équiper pour prolonger de quelques mois les repas et les soirées à l'extérieur. Cette semaine, alors que Montréal venait d'être déclarée «zone orange», la section des chaufferettes extérieures se faisait dévaliser dans les quincailleries.

Lors de notre passage dans une quincaillerie à grande surface de Montréal le lundi 21 septembre 2020, il ne restait plus aucun système de chauffage électrique pour terrasse, et un seul foyer extérieur (sur la photo). Avec les restrictions concernant les rassemblements intérieurs, les Québécois veulent prolonger la belle saison chez eux.
GABRIEL MORIN-LEFEVBRE/24 HEURES/AGENCE QMI

GABRIEL MORIN-LEFEVBRE/24 HEURES/AGENCE QMI

Lors de notre passage dans une quincaillerie à grande surface de Montréal le lundi 21 septembre 2020, il ne restait plus aucun système de chauffage électrique pour terrasse, et un seul foyer extérieur (sur la photo). Avec les restrictions concernant les rassemblements intérieurs, les Québécois veulent prolonger la belle saison chez eux. GABRIEL MORIN-LEFEVBRE/24 HEURES/AGENCE QMI

Deux magasins à grande surface que nous avons visités sur l'île de Montréal en début de semaine dernière n'avaient plus du tout en stock de radiateurs électriques pour les terrasses, et il ne leur restait que quelques foyers extérieurs. Un employé nous a indiqué que les arrivages s'étaient écoulés en deux heures la journée précédente.

Dans un autre magasin, il restait une quinzaine d'appareils de chauffage extérieurs. Le commis nous a dit que c'était «tout ce qui [lui] restait».

Rupture de stock

La compagnie québécoise BMR confirme que ces produits sont très populaires, au point où certains d'entre eux connaissent des ruptures de stock dans certains magasins.

«Nous avons connu une hausse considérable de la demande pour la catégorie des foyers extérieurs et des chaufferettes pour gazebo cette année, engendrant certains enjeux d’approvisionnement et des produits en rupture de stock au cours des dernières semaines. Cela dit, c’est un enjeu qui n’est pas propre à BMR. En effet, toute l’industrie doit composer avec exactement la même situation», a mentionné par courriel la directrice des communications, Julie Crevier.

Les foyers extérieurs comme ceux-ci sont très populaires dans les quincailleries ces jours-ci. Avec les restrictions concernant les rassemblements intérieurs, les Québécois veulent prolonger la belle saison chez eux. Photo prise le 21 septembre 2020 dans une quincaillerie grande surface à Montréal.
GABRIEL MORIN-LEFEVBRE/24 HEURES/AGENCE QMI

GABRIEL MORIN-LEFEVBRE/24 HEURES/AGENCE QMI

Les foyers extérieurs comme ceux-ci sont très populaires dans les quincailleries ces jours-ci. Avec les restrictions concernant les rassemblements intérieurs, les Québécois veulent prolonger la belle saison chez eux. Photo prise le 21 septembre 2020 dans une quincaillerie grande surface à Montréal. GABRIEL MORIN-LEFEVBRE/24 HEURES/AGENCE QMI

Les foyers et les tables ont également enregistré un regain de popularité lors de la saison printemps/été chez Home Depot selon Alyssa Haw, responsable des relations publiques et des communications, Home Depot. Celle-ci a indiqué par courriel que les ventes de systèmes extérieurs de chauffage ont augmenté «de façon générale année après année», et que l'intérêt croît en septembre puisque les clients veulent trouver des moyens de prolonger la saison estivale.

La chaine Lowe’s Canada – qui possède Rona et Réno-Dépôt – dit également avoir observé une augmentation de la demande pour ce type de produits, mais elle n’a pas voulu commenter davantage. Canadian Tire n'a pour sa part pas donné suite à notre demande d'entrevue.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus