Pourquoi persécuter tous les bars et restaurants? | 24 Heures MTL
/activities/restaurants

Pourquoi persécuter tous les bars et restaurants?

Image principale de l'article Pourquoi persécuter tous les bars et restaurants?
Ant - stock.adobe.com

CHRONIQUE | Pourquoi tirer dans les genoux de toute l’industrie des bars et restaurants, qui adopte des comportements responsables à 99%, quand on pourrait taper sur les doigts, voire passer les menottes aux poignets, des filous du 1% qui bafouent les règles au risque de générer de potentiels super-foyers d’éclosions ?  

• À lire aussi: Une partie du Québec de nouveau confiné

L’orange emblématique de l’Halloween et le rouge couleur des feuilles mortes nous hantent doublement, cet automne, en tant qu’indicatifs de l’urgence sanitaire officielle.

Comme si on aimait à répéter l’histoire au lieu d’apprendre d’elle, on ressort le mantra «Restez chez vous». On annonce la fermeture des bars, des salles à manger de restaurants, des cafés, etc. En quel honneur? Les bars et les restaurants qui ont suivi les consignes sanitaires depuis leur réouverture n’ont pas été des théâtres d’éclosion pour la plupart.

Pourquoi pas dehors ?

C’est ennuyeux, lorsque les autorités affirment platement et absolument : pas de rencontres. Ah bon, vraiment ? Même pas dehors ? Si la Santé publique préconise le couvre-visage à l’intérieur et pas à l’extérieur, c’est, bien évidemment, parce que celui-ci ne sert strictement à rien au grand air, sauf peut-être dans les cas de promiscuité extraordinaire. 

• À lire aussi: Au moins 7 Costco manque de papier de toilette

Si le danger de contagion est en dedans, pourquoi ne pas préconiser officiellement le plein air ? Pas seulement pour le sport, mais pour le social. Au lieu de dire : "ne voyez personne", pourquoi ne pas dire "dehors, tout le monde , mais ne vous agglutinez pas"? Avec un mot d’ordre comme «restez chez vous », pas étonnant que la population se soit ramollie, alourdie et déprimée. Interdire les barbecues automnaux entre amis qui se distancient ne rime également à rien.

Intérieur sécuritaire

Parce qu’une taverne karaoké de Québec ou un restaurant dansant de Laval se sont moqué des consignes sanitaires, pourquoi tous les bars du Québec devraient-ils fermer ? Les établissements qui se sont sécurisés et disciplinés, essentiels ou non, ne contribuent pas à la contagion ; il n’y a pas lieu de les verrouiller. 

L’acteur Rémi-Pierre Paquin, un des copropriétaires de pubs irlandais de la bannière Le Trèfle, qui a des adresses à Verdun et à Hochelaga, fulminait lundi contre cette manie de plomber son industrie alors même que ses établissements roulent de manière sécuritaire, avec seulement 50% de leur capacité d’accueil, avec des subdivisions labyrinthiques de « plexiglas » et un personnel masqué et « envisièré », etc. M. Paquin a raison. Il faut punir ceux qui bafouent les règles. Pas ceux qui les suivent.

À lire aussi

Et encore plus