Halloween incertaine: pas de frousse pour le marché de la citrouille | 24 Heures MTL
/activities/shopping

Halloween incertaine: pas de frousse pour le marché de la citrouille

Des citrouilles poussant dans les champs de La Ferme Alexandre Pelletier, une ferme produisant des citrouilles dans la région du Bas-Saint-Laurent à Saint-Pascal.
PHOTO COURTOISIE
PHOTO COURTOISIE

Des citrouilles poussant dans les champs de La Ferme Alexandre Pelletier, une ferme produisant des citrouilles dans la région du Bas-Saint-Laurent à Saint-Pascal. PHOTO COURTOISIE

Même si les petits monstres risquent d’être absents ou beaucoup moins nombreux dans les rues cette année à l’Halloween, l’achat et la cueillette de citrouilles se portent quand même bien jusqu’à présent.

Le propriétaire de la ferme Courges & cie, à Gatineau, remarque que la pandémie n’a pas freiné les ardeurs des Québécois qui sont venus en grand nombre cet automne dans ses champs pour de l’autocueillette de citrouilles. «Les gens sortent avec des brouettes pleines de citrouilles et pourtant on entend dire que l’Halloween va être reportée», observe Philippe Thompson.

Philippe Thompson (4e personne à partir de la gauche) est propriétaire de Courges et Cie, une ferme maraîchère de Gatineau produisant pas moins de 200 variétés de citrouilles habituellement. Si le gel a avancé la saison des courges un peu plus tôt, les consommateurs ont été bien nombreux aux champs de l’entreprise ayant semé 100 variétés cette année et qui a dû s’adapter au gel et à la pandémie.
PHOTO COURTOISIE

PHOTO COURTOISIE

Philippe Thompson (4e personne à partir de la gauche) est propriétaire de Courges et Cie, une ferme maraîchère de Gatineau produisant pas moins de 200 variétés de citrouilles habituellement. Si le gel a avancé la saison des courges un peu plus tôt, les consommateurs ont été bien nombreux aux champs de l’entreprise ayant semé 100 variétés cette année et qui a dû s’adapter au gel et à la pandémie. PHOTO COURTOISIE

Il faut dire que les activités extérieures ont eu la cote dans un contexte de distanciation sociale.

Dans la ville de Saint-Pascal, dans le Bas-Saint-Laurent, la ferme Alexandre Pelletier a dû annuler une journée d’autocueillette après une éclosion de COVID dans la région, mais tire un bilan de saison tout de même positif: les récoltes de la production maraîchère sont terminées et les livraisons déjà commencées.

Alexandre Pelletier pose au centre entouré de citrouilles et de courges qu’il cultive dans sa ferme de cinq à six hectares située à Saint-Pascal dans le Bas Saint-Laurent. Si la Ferme Alexandre Pelletier a dû annuler une journée d’autocueillette à cause de la COVID-19, M. Pelletier estime tout de même s’en être bien sorti puisqu’il a semé moins aux champs cette année .
PHOTO COURTOISIE

PHOTO COURTOISIE

Alexandre Pelletier pose au centre entouré de citrouilles et de courges qu’il cultive dans sa ferme de cinq à six hectares située à Saint-Pascal dans le Bas Saint-Laurent. Si la Ferme Alexandre Pelletier a dû annuler une journée d’autocueillette à cause de la COVID-19, M. Pelletier estime tout de même s’en être bien sorti puisqu’il a semé moins aux champs cette année . PHOTO COURTOISIE

Reste maintenant à voir si les ventes dans les commerces seront aussi bonnes que d’habitude.

«C’est sûr que si personne n’en achète, nous on va rester collés avec nos citrouilles», a souligné le producteur, qui dit quand même garder espoir.

Ventes encourageantes

Selon l’Association québécoise de la distribution de fruits et légumes (AQDFL), les rendements du marché de la citrouille et de la courge sont bons jusqu’à présent

«Les acheteurs m’ont dit : on a commandé les mêmes volumes, on fait la même mise en marché, sinon plus puisque l’achat local est tellement populaire en ce moment», a indiqué la présidente-directrice générale Sophie Perreault, qui précise toutefois que les commandes s’ajusteront selon la demande.

Même si les balcons ne sont pas décorés en prévision du passage d’enfants, tailler des citrouilles en famille peut quand même être une activité d’automne agréable.

«Moi je suis père de famille, mes enfants sont plus vieux, mais on aurait décoré plus qu’à l’habitude pour justement s’assurer que nos enfants puissent avoir quand même avoir une Halloween [...]», a donné en exemple M. Thompson.

«Il y a 300 000 snowbirds qui ne sont pas partis en Floride, des grands-papas, des grands-mamans: tous ces gens-là ont du temps libre pour décorer», a poursuivi Mme Perreault.

Zone rouge

Selon les nouvelles règles diffusées par le gouvernement du Québec, les activités extérieures, comme l'autocueillette, sont permises même en zone rouge, tant que les règles de distanciation sociale sont scrupuleusement respectées.

Une boîte pleine de citrouilles dans les champs de La Ferme Alexandre Pelletier, situé à Saint-Pascal, dans le Bas Saint-Laurent. M. Pelletier détient une exclusivité avec quelques IGA de la région où les citrouilles iront ravir les consommateurs désireux de decorer malgré la pandémie. 
PHOTO COURTOISIE

PHOTO COURTOISIE

Une boîte pleine de citrouilles dans les champs de La Ferme Alexandre Pelletier, situé à Saint-Pascal, dans le Bas Saint-Laurent. M. Pelletier détient une exclusivité avec quelques IGA de la région où les citrouilles iront ravir les consommateurs désireux de decorer malgré la pandémie. PHOTO COURTOISIE

Le passage de certaines régions dans cette zone n’a pas d’impact sur la distribution de fruits et légumes, dont les citrouilles et les courges qui sont déjà récoltées.

«On est un service essentiel donc on a le droit d’aller transporter notre marchandise. La seule chose, c’est qu’un marché important pour nous, c’est les hôtels et les restaurants», a ajouté Mme Perreault.

Courges et citrouilles: la même famille, mais pas le même marché 

Bien qu’elles soient de la même famille, la courge et la citrouille ne sont pas vues de la même façon par les consommateurs québécois, selon des experts.

Alors que la citrouille est un item lié à la décoration, la courge est vue comme un légume à consommer l’automne, selon l’Association québécoise de la distribution de fruits et légumes.

«Même si les courges décoratives sont mises de l’avant, il reste que les gens font beaucoup de mijotés, des potages à la courge, des barres tendres à la courge, des biscuits avec de la courge, et des risottos», a expliqué la présidente-directrice générale de l’AQDFL, Sophie Perreault

Des brouettes de citrouilles de Courges et Cie, une ferme maraîchère de Gatineau qui a produit 100 variétés de citrouilles cette année. Selon le propriétaire, Philippe Thompson, les consommateurs ont été nombreux à venir faire de l’autocueillette de citrouilles cette automne, certains repartant même avec des brouettes pleines.
PHOTO COURTOISIE

PHOTO COURTOISIE

Des brouettes de citrouilles de Courges et Cie, une ferme maraîchère de Gatineau qui a produit 100 variétés de citrouilles cette année. Selon le propriétaire, Philippe Thompson, les consommateurs ont été nombreux à venir faire de l’autocueillette de citrouilles cette automne, certains repartant même avec des brouettes pleines. PHOTO COURTOISIE

Du côté de la citrouille, en plus de la décoration, c’est dans la transformation qu’elle trouve un marché important, notamment dans les mélanges de tartes et dans la sauce aux prunes.

«Artic Gardens et Bonduelle transforment beaucoup de citrouilles. La fameuse sauce aux prunes [V.H.] pour les egg rolls, le premier ingrédient c’est la citrouille», a mentionné Alexandre Pelletier, un producteur maraîcher établi dans le Bas-Saint-Laurent.

Si la courge se conserve déjà bien sur le comptoir, elle se garde même des semaines au fond d’un simple garde-robe.

«Avant les Québécois ne faisaient pas de barre tendre maison et de boules d’énergie, et là, on dirait qu’on intègre ces produits-là, a dit Mme Perreault. Si on veut plus d’autonomie alimentaire, il faut revenir à nos produits qui poussent ici et que nos grands-mères cuisinaient.»

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus