Plus de la moitié des pistes cyclables lavalloises prévues cette année ne sont pas terminées | 24 Heures MTL
/transports/bikepedestrian

Plus de la moitié des pistes cyclables lavalloises prévues cette année ne sont pas terminées

Sur la rue Normand-Bethune dans le quartier de Vimont, à Laval, une voie cyclable a été aménagée des deux côtés de la rue. Le stationnement est maintenant permis sur le côté droit de la rue. Photo prise le 28 septembre 2020. ALEX PROTEAU/24 HEURES/AGENCE QMI
ALEX PROTEAU/24 HEURES/AGENCE QMI

Sur la rue Normand-Bethune dans le quartier de Vimont, à Laval, une voie cyclable a été aménagée des deux côtés de la rue. Le stationnement est maintenant permis sur le côté droit de la rue. Photo prise le 28 septembre 2020. ALEX PROTEAU/24 HEURES/AGENCE QMI

Alors que la saison estivale tire à sa fin, plus de la moitié des axes cyclables dont l'installation était prévue cette année à Laval ne sont pas terminés.

Dans le programme de mobilité active, on peut lire que l'ajout de 23 km de voies cyclables était prévu en 2020. Alors que le mois d'octobre s'amorce, 13,5 km d’aménagements cyclables sont toujours en cours ou débuteront sous peu, et 9,5 km ont été débutés avant le 1er septembre et sont complétés aujourd’hui. La Ville explique ce retard par le fait que les activités internes et divers chantiers de la Ville ont été bousculés par le confinement imposé par la COVID-19.

Le conseiller municipal du district de Vimont, à Laval, Michel Poissant, pose devant l’aménagement cyclable au coin d’Ivan Pavlov et de Normand-Bethune. Il déplore que les travaux de marquage soient effectués à ce temps-ci de l’année, à la fin de la saison estivale. Photo prise le 28 septembre 2020. ALEX PROTEAU/24 HEURES/AGENCE QMI

ALEX PROTEAU/24 HEURES/AGENCE QMI

Le conseiller municipal du district de Vimont, à Laval, Michel Poissant, pose devant l’aménagement cyclable au coin d’Ivan Pavlov et de Normand-Bethune. Il déplore que les travaux de marquage soient effectués à ce temps-ci de l’année, à la fin de la saison estivale. Photo prise le 28 septembre 2020. ALEX PROTEAU/24 HEURES/AGENCE QMI

Certains s'inquiètent de voir les pistes être tracées juste avant l'hiver, craignant que le marquage s'efface pendant la saison froide et que tout soit à recommencer. Le conseiller indépendant de Vimont Michel Poissant, dénonce cette installation tardive des axes cyclables.

«Pourquoi on fait ça là? C’est de l’argent jeté à l’eau», a-t-il dit. Ce dernier avance aussi que ce ne serait pas la première année que la Ville effectue des traçages aussi tard dans l’année. Il croit aussi qu’en ce moment, très peu les utilisent.

Selon la Ville, les coûts pour le traçage des pistes sont de 12 000 $ par kilomètre. La moitié du montant est épongé par le ministère des Transports du Québec dans le cadre d’un programme d’aide financière.

Pertinence

Le Lavallois Umberto Iermeri réside tout près de la rue Norman-Béthune, où un axe cyclable vient d'être terminé. Il constate que celui-ci est utilisé par très peu de cyclistes et de piétons.

«Ça diminue beaucoup de places [de stationnement] pour les citoyens», a-t-il ajouté.

Lundi, en un peu plus d'une heure, le «24 Heures» n'a observé le passage d'aucun vélo sur la rue. Questionnée sur la fréquence d’utilisation de piétons et de cyclistes, la Ville a répondu qu'elle n'avait pas les chiffres pour cet axe et qu'elle ne peut se baser sur ces valeurs dans le cadre de son exercice de planification, puisque l’absence d’aménagement cyclable est un «énorme frein à la pratique du vélo selon les comptages réalisés ailleurs sur le réseau».

La Ville compare ce nouvel aménagement avec celui du boulevard de Blois, entre le boulevard Saint-Martin et le boulevard Tracy qui ne détenait pas d’aménagement cyclable ni de trottoir, mais qui est fréquenté par plus 300 cyclistes et 300 piétons quotidiennement maintenant qu'il y en a un.

Selon le rapport «État du vélo à Laval en 2015» publié par Vélo Québec, 84 % des personnes sondées croient que les pistes cyclables devraient être plus développées. Quelque 55 % de l’ensemble des adultes de la ville font du vélo pour un total de 168 000 personnes.

Froid

Selon la Ville, il est possible d’effectuer du marquage à ce temps-ci de l’année même si la majeure partie du réseau cyclable ferme le 15 novembre.

«La Ville juge que des aménagements complétés en septembre ou au début octobre pourront être utilisés encore pour plusieurs jours par les usagers, la température étant à ces dates encore très bien adaptée à la pratique du vélo.»

Impossible toutefois de garantir que le marquage sera en bon état au retour du printemps. Toujours selon la Ville, le froid et la neige n’effacent pas le marquage: c'est plutôt le frottement et le passage des véhicules, en particulier les véhicules de déneigement, qui «peut engendrer une usure prématurée du marquage». Elle n’a pas voulu dévoiler le montant d’argent investi d’année en année pour remarquer les lignes.

De son côté, Nancy Robitaille, employée chez Marquage Expert Line à Dollard-des-Ormeaux, croit qu’il est possible d’effectuer le traçage présentement.

«Nous, on peut travailler jusqu’au mois de novembre, mais on ne donne pas de garantie sur la peinture, car la peinture n’adhère pas comme il le faut sur l’asphalte.»

Concernant l’utilisation effectuée, celle-ci ajoute que plusieurs facteurs tel le type de quartier et la fréquence de passage sont à prendre en considération à savoir si le traçage demeurera en bonne condition l’an prochain.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus