COVID-19: hausse des cas chez les 65 ans et plus à Montréal | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

COVID-19: hausse des cas chez les 65 ans et plus à Montréal

Quelques centaines de personnes se sont rassemblées au Parc La Fontaine pour manifester contre l’état d’urgence sanitaire du gouvernement du Québec dans le cadre de la pandémie de COVID-19, à Montréal, mercredi le 30 septembre 2020.
JOEL LEMAY/AGENCE QMI
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Quelques centaines de personnes se sont rassemblées au Parc La Fontaine pour manifester contre l’état d’urgence sanitaire du gouvernement du Québec dans le cadre de la pandémie de COVID-19, à Montréal, mercredi le 30 septembre 2020. JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Une nette augmentation des cas de COVID-19 chez les Montréalais de 65 ans et plus dans les dernières semaines inquiète la directrice régionale de santé publique de la métropole.

Même si plusieurs nouveaux cas sont toujours liés à la tranche d’âge des 18 à 34 ans, la proportion des personnes aînées infectées est en nette augmentation. Cette tranche d’âge représentait environ 6 % des cas dans la région montréalaise au début de la deuxième vague, et ce nombre a doublé en atteignant 12 à 15 % dans les derniers jours, a rapporté en point de presse mercredi la Dre Mylène Drouin.

Une éclosion impliquant plus de 28 cas a même été répertoriée aux Résidences Soleil Manoir Plaza, une résidence privée pour aînés située dans le centre-ville de Montréal. Un décès relié à cette éclosion a ailleurs été constaté.

Cette éclosion n'apparaît toutefois pas sur la liste publiée quotidiennement au sujet des éclosions dans les milieux de vie pour aînés par le ministère de la Santé et des services sociaux (MSSS). La Dre Drouin assure qu’il ne s’agit pas d’un enjeu de transparence, mais possiblement d’un délai dans l’intégration des données.

CHSLD épargnés

«La différence qu’on voit entre la première et la deuxième vague chez les personnes âgées, c’est que les CHSLD sont épargnés pour le moment, mais on voit clairement que ce sont nos aînés qui vivent à domicile et ceux qui sont dans des résidences de personnes âgées qui semblent le plus touchés», a ajouté la Dre Drouin.

Cette dernière a d’ailleurs rappelé que ce groupe d’âge est beaucoup plus à risque de développer des formes sévères de la maladie ou d’être hospitalisé.

Indicateurs à la hausse

Tous les indicateurs surveillés par la santé publique de Montréal sont présentement en hausse. Durant les sept derniers jours, 2318 nouveaux cas ont été enregistrés dans la métropole. Environ 300 à 350 cas se sont donc ajoutés chaque jour en moyenne.

Mercredi, 130 éclosions étaient répertoriées à travers le territoire montréalais. De ce nombre, 42 sont issues des milieux scolaires, 18 de services de gardes, 50 de milieux de travail, 12 des milieux de soin comme les résidences pour personnes âgées et huit dans la communauté.

Rehausser la vigilance

La Dre Drouin a pressé la population à rehausser sa vigilance afin de protéger les personnes aînées et celles plus à risque. Il faut par exemple réduire les visites, éviter de faire garder les enfants par les grands-parents et mettre des règles strictes si l’on vit dans un foyer intergénérationnel.

Selon elle, les mesures plus restrictives imposées par le gouvernement lors du passage de la métropole en zone rouge reflètent un relâchement collectif. «J’aimerais qu’on se dise et qu’on prenne conscience que la pandémie et la COVID-19, on va vivre avec ce virus-là pour des mois et des mois et peut-être même la prochaine année. On doit réintégrer les mesures de base dans notre quotidien», a-t-elle souligné.

Le respect du deux mètres, la diminution des contacts et des rassemblements, le lavage des mains et le port du couvre-visage figurent parmi ces mesures de base.

À lire aussi

Et encore plus