Mort de Joyce Echaquan: François Legault présente des excuses officielles | 24 Heures MTL
/mtl-news/society

Mort de Joyce Echaquan: François Legault présente des excuses officielles

s

Une semaine après le décès de Joyce Echaquan dans des circonstances troublantes, l’Assemblée nationale a présenté des excuses officielles à ses proches, à l’initiative du premier ministre François Legault. 

« Je sais que les excuses et les paroles ne vont pas effacer ce qui est arrivé, mais j’espère que ça va apporter un peu de réconfort aux proches de Mme Echaquan », a déclaré François Legault au moment de présenter sa motion au Salon bleu.

• À lire aussi: Manifs contre le racisme systémique

M. Legault avait annoncé, la veille, son intention de poser ce geste solennel, affirmant que « ce qui est arrivé à Mme Echaquan est totalement inacceptable ».

Dans une vidéo diffusée en direct sur Facebook, on peut entendre une infirmière et une préposée tenir des propos racistes et dégradants à l’endroit de la femme attikamek de 37 ans en détresse, peu avant son décès à l’hôpital de Joliette, la semaine dernière.

Pas de racisme systémique

Bien qu’il refuse de parler d’un « racisme systémique » vécu par les Autochtones, François Legault a décrit lors de son allocution un mal présent dans l’ensemble de la société québécoise.

« On s’entend tous que les membres des Premières Nations font l’objet de racisme. Ça existe dans la police, ça existe dans la justice, mais ça existe aussi en dehors des institutions gouvernementales, notamment en matière d’emploi et en matière de logement », a-t-il déclaré. Mais, « ça ne veut pas dire que la nation québécoise est raciste », a-t-il ajouté immédiatement.

Un tournant ?

Le premier ministre s’est d’ailleurs engagé à « combattre le racisme sous toutes ses formes », notamment grâce au suivi des recommandations du rapport de la commission Viens.

« Et je suis déterminé à transformer ça en actions concrètes pour que, dans cinq ans, dans 10 ans, le drame de Mme Echaquan reste comme un tournant, pour qu’on s’en souvienne comme du moment où on est enfin passés l’action collectivement », dit M. Legault.

Au moment même où les élus se recueillaient à l’Assemblée nationale, le corps de Joyce Echaquan était porté en terre à Manawan, dans le nord de Lanaudière. La famille Echaquan a refusé que M. Legault participe aux funérailles en raison de sa « position de fermeture concernant la reconnaissance du racisme systémique à l’endroit des Premières Nations », a écrit le Conseil des Attikameks de Manawan dans un communiqué, hier.

À lire aussi

Et encore plus