Fort engouement pour des mitaines artisanales | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Fort engouement pour des mitaines artisanales

Image principale de l'article Fort engouement pour des mitaines artisanales
PHOTO COURTOISIE

Des mitaines confectionnées à la main par des bénéficiaires du refuge pour femmes Chez Doris s’envolent comme des petits pains chauds. 

Depuis quatre ans, le refuge pour femmes de la rue Chomedey, à Montréal, fabrique des mitaines avec l’aide de ses bénévoles et clientes dans le but d'amasser des fonds pour l’organisme. Cette année, malgré la pandémie de COVID-19, l’engouement pour ses mitaines faites à la main et de matières recyclées ne se dément pas.

Mise en vente samedi dernier sur la Fabrique 1840 du détaillant La Maison Simons, la centaine de mitaines disponible s’est écoulée en l’espace de quatre heures seulement.

«Moi je pensais qu’il y avait un problème avec leur système. Mais non, les articles étaient tous vendus ! J’ai vraiment été surprise», s’est exclamée en riant la directrice générale de Chez Doris, Marina Boulos-Winton.

Pour Hadjira, qui fréquente le refuge pour femmes et qui participe à la confection des mitaines depuis près de deux, Chez Doris occupe une place importante dans sa vie.

«[Chez Doris] m’a beaucoup aidée! Elle m’a aidée à trouver un logement, un médecin. Je suis bien Chez Doris », a expliqué la femme d’origine algérienne. Elle ajoute qu’elle a déjà pu bénéficier par le passé des retombées de la vente de produits fabriqués par le refuge, qui a organisé entre autres une activité pour célébrer son anniversaire.

Pour cette femme qui a divorcé dans les dernières années de son mari canadien, accusé de pédophilie, les activités organisées par le refuge et le soutien qu’il lui apporte représentent beaucoup pour elle. «On est bien Chez Doris, jamais je ne les oublierais. C’est ma famille.»

PHOTO COURTOISIE

Jusqu’à Yellowknife

En raison de la COVID-19, la directrice générale du refuge pour femmes cherchait un moyen alternatif pour amasser des fonds, alors que normalement la vente des mitaines se déroule près du temps des Fêtes. Après avoir contacté le détaillant québécois, celui-ci n’a pas hésité longtemps avant de sauter dans l’aventure.

«Nous sommes tous affectés par la situation actuelle et particulièrement les femmes qui vivent en situation de précarité. Il était naturel pour La Maison Simons et Fabrique 1840 de mettre à disposition sa plateforme de vente », a indiqué la directrice de Fabrique 1840, Cécile Branco.

Mme Boulos-Winton se réjouit aussi que la Fabrique 1840 lui permette de rejoindre des donateurs à l’extérieur du Québec, alors que des mitaines ont été vendues à Brantford, en Ontario, et même à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest.

Une centaine d’autres mitaines seront mises en ligne d’ici la fin de semaine, mais Mme Boulos-Winton s’attend à ce que celles-ci trouvent preneur tout aussi rapidement.

À lire aussi

Et encore plus