Montréal: création du Bureau du commissaire à la lutte au racisme et aux discriminations systémiques | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Montréal: création du Bureau du commissaire à la lutte au racisme et aux discriminations systémiques

Image principale de l'article Un commissaire à la lutte au racisme
GUILLAUME PELLETIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Un Bureau du commissaire à la lutte au racisme et aux discriminations systémiques verra le jour au sein de l'administration municipale montréalaise afin que ces enjeux soient pris en compte lorsque des décisions sont prises.

Relevant du directeur général, le Bureau du commissaire disposera d'une équipe opérationnelle qui s'assurera que toutes les unités de la Ville de Montréal agissent fermement et de façon concertée pour combattre le racisme et les discriminations.

Le ou la commissaire sera assistée de trois experts. Il devra dans un premier temps élaborer un plan d'action.

«Le Bureau du commissaire à la lutte au racisme et aux discriminations systémiques sera un pilier de notre organisation pour faire de Montréal une Ville plus juste et inclusive», a annoncé la mairesse de Montréal, en conférence de presse à l'hôtel de ville vendredi matin.

Cette dernière rappelle que cette annonce répond à la deuxième recommandation du rapport de l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) sur la lutte au racisme et à la discrimination systémiques à la Ville.

Le Bureau collaborera avec les différents acteurs municipaux afin de mieux répondre aux personnes susceptibles de vivre des incidents racistes et discriminatoires. Une ressource spécialisée en profilage racial travaillera d'ailleurs à temps plein au sein du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dans le but de contrer le profilage racial.

La responsable de la lutte au racisme et à la discrimination au sein du comité exécutif, Cathy Wong, espère que le bureau sera opérationnel d'ici la fin de l'année.

Donner l'exemple

Mme Wong est d'ailleurs la seule élue au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal issue de minorités visibles. Elle a été élue en 2017 sous la bannière d'Ensemble Montréal, l'actuelle opposition officielle à l'hôtel de ville.

Questionnée si cette proportion pouvait augmenter dans le futur, la mairesse de Montréal croit qu'il s'agit d'un effort en continu. «Je crois que ça va faire partie des attentes de la population lors des prochaines élections», a dit Valérie Plante.

Pour l'ex-candidat de Projet Montréal défait dans l'arrondissement de Montréal-Nord aux dernières élections municipales, Balarama Holness, la façon dont le parti a traité ses candidats provenant des minorités visibles après l'élection est inacceptable.

«Deux semaines après les élections, on m'a appelé (Projet Montréal) pour faire un don au parti sans même me remercier pour ma campagne», a-t-il déploré.

Ce dernier ne comprend d'ailleurs pas pourquoi les citoyens de l'arrondissement du Sud-Ouest, par exemple, sont uniquement représentés par des élus municipaux homogènes, et ce, même si on y recense une importante proportion de minorités visibles.

Déception

Le chef de l'opposition officielle à la Ville et chef intérimaire d'Ensemble Montréal, Lionel Perez, s'est dit déçu du délai que prend la création du Bureau du commissaire à la lutte au racisme et aux discriminations systémiques alors que l'administration municipale est au fait du problème depuis longtemps.

«Quand c'est pour installer des pistes cyclables, ça leur prend trois semaines en pandémie, pour afficher un poste [de commissaire], ça leur prend cinq mois», a déploré M. Perez.

Rappelons que la mairesse Plante avait reconnu l'existence de racisme et de discriminations systémiques au sein de la Ville et de ses institutions en juin dernier.

À lire aussi

Et encore plus