Rassemblement pour les peuples autochtones à Montréal | 24 Heures MTL
/mtl-news/society

Rassemblement pour les peuples autochtones à Montréal

Image principale de l'article Rassemblement pour les peuples autochtones
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Une vingtaine de personnes se sont rassemblées, dimanche après-midi au centre-ville de Montréal, à l’occasion de la Journée de la rage des peuples autochtones et en solidarité avec les récents événements. 

«Il y a eu un appel en lien avec l’Action de grâce et les événements qui sont arrivés récemment, a expliqué Jordan Elbualy, qui organisait le rassemblement. On est là en solidarité et pour se tenir debout avec tout le monde.»

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Parmi ces événements, Jordan Elbualy mentionne notamment le décès de Joyce Echaquan, mère de famille attikamek de 37 ans décédée à l’hôpital de Joliette sous les injures racistes du personnel en service.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

«Nous sommes là aussi pour la disparition et les meurtres des femmes autochtones. C’est très important», a ajouté Renee Corbiere.

«Le colonialisme existe encore»

De nombreuses raisons ont motivé ce rassemblement, a précisé Mme Corbiere. Le groupe de manifestants réclamait, entre autres, «des actions autonomes, anticoloniales, anticapitalistes et antifascistes».

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

«Alors que le COVID-19 ravage nos communautés, le fléau du colonialisme continue de détruire nos terres sacrées», a scandé Mme Corbiere à la petite foule.

Des phrases comme «notre système est basé sur le colonialisme» ou «le colonialisme existe encore» étaient écrites sur différentes pancartes des manifestants disposés en cercle.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Des actions similaires ont également eu lieu, dimanche, dans différentes villes à travers le monde à l’occasion de cette journée.

Les mesures sanitaires imposées en raison de la zone rouge à Montréal ont été respectées par la majorité des manifestants. Quelques policiers étaient tout de même présents afin de s’assurer du bon déroulement du rassemblement, qui s’est terminé dans le calme.

À lire aussi

Et encore plus