Action de grâce: un joggeur attaqué par un dindon sauvage | 24 Heures MTL
/transports/bikepedestrian

Action de grâce: un joggeur attaqué par un dindon sauvage

Maxime Gauthier-Kwan a l'habitude de courir à Ottawa, la ville où il habite, mais pas de se faire attaquer par un dindon sauvage, ce qui lui est arrivé le 8 juillet dernier.
PHOTO COURTOISIE

Maxime Gauthier-Kwan a l'habitude de courir à Ottawa, la ville où il habite, mais pas de se faire attaquer par un dindon sauvage, ce qui lui est arrivé le 8 juillet dernier.

Un joggeur d'Ottawa qui a été poursuivi et griffé par un dindon sauvage cet été a appris à la dure que cet animal dont on se régale à l'Action de grâce n'est pas aussi inoffensif qu'il en a l'air.

Le 8 juillet vers midi, Maxime Gauthier-Kwan courait son habituel 5 km dans un sentier à Ottawa, sa ville de résidence, lorsqu’un dindon sauvage l’a pris en grippe.

«Dans un sentier non loin du centre-ville où je travaille, j’ai vu un dindon qui se dirigeait vers des herbes hautes», se souvient le jeune homme de 33 ans.

«Ça m’a paru extraordinaire, j’ai voulu le photographier, pour partager ça avec mes amis.»

Maxime Gauthier-Kwan a l'habitude de courir dans des sentiers boisés à Ottawa, la ville où il habite, mais pas de se faire attaquer par un dindon sauvage, ce qui lui est arrivé le 8 juillet dernier.

PHOTO COURTOISIE

Maxime Gauthier-Kwan a l'habitude de courir dans des sentiers boisés à Ottawa, la ville où il habite, mais pas de se faire attaquer par un dindon sauvage, ce qui lui est arrivé le 8 juillet dernier.

La volaille au tempérament de vélociraptor n’avait pas l’intention de jouer les mannequins. Elle s’est ruée sur le joggeur en volant, les ailes grandes déployées, les serres dirigées contre lui. «D’accord, je m’en vais, je lui concède son territoire, il y a peut-être un nid avec des dindonneaux à protéger», s'est alors dit le coureur.

Ninja

La fuite fut difficile. «Je me suis retourné, j’ai vu qu’il me poursuivait et j’ai trébuché», raconte-t-il. Le dindon s’est posé sur son dos et l’a égratigné, superficiellement, mais nettement, sous l'omoplate droite.

Maxime Gauthier-Kwan s'est fait attaquer par une dinde sauvage le 8 juillet dernier lors de son jogging dans un sentier boisé Ottawa, où il habite. La bête lui a même griffé le dos.

PHOTO COURTOISIE

Maxime Gauthier-Kwan s'est fait attaquer par une dinde sauvage le 8 juillet dernier lors de son jogging dans un sentier boisé Ottawa, où il habite. La bête lui a même griffé le dos.

Cette fois à reculons, pour demeurer face à la bête, Maxime a continué de s’éloigner tout en repoussant les assauts. La bestiole a fait montre d’une agilité de ninja pour esquiver les coups de pieds. «Le dindon avait une adresse incroyable pour éviter mes coups, c’était déconcertant. Je ne suis jamais passé près de lui toucher.»

Pas de rage

Depuis sa mésaventure, Maxime Gauthier-Kwan guette avec appréhension les hautes herbes du sentier pendant ses courses. Il n’a jamais revu ou entendu parler de ce dindon digne d’un suspense d’Alfred Hitchcock. «Les services de santé m’ont rassuré en m’informant que le dindon n’est pas une espèce porteuse de la rage», dit-il.

L’expérience fut choquante et désagréable, mais M. Gauthier-Kwan sait très bien que ceux à qui il la confie ne pourront jamais s’empêcher de sourire. Lui-même la raconte un peu à la blague. «C’est un peu gênant de se faire agresser par une grosse dinde. Maintenant, j’ai hâte à l’Action de grâce», disait-il quelques jours avant la fête, enthousiaste à l'idée de prendre sa revanche.

Afin de prévenir d’éventuels ennuis de cohabitation avec une population de dindons sauvages en constante croissance, le ministère québécois des Forêts, de la Faune et des Parcs autorise exceptionnellement à chasser cette espèce cet automne du 24 au 30 octobre. Les années passées, cette chasse n’était permise qu’au printemps.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus