Des locataires ne veulent pas un règlement moins strict sur les «rénovictions» | 24 Heures MTL
/mtl-news/society

Des locataires ne veulent pas un règlement moins strict sur les «rénovictions»

Image principale de l'article Des locataires refusent un règlement moins strict
GUILLAUME CYR/24 HEURES/AGENCE QMI

Une trentaine de manifestants se sont réunis, mardi soir, devant la mairie d'arrondissement du Sud-Ouest pour protester contre un assouplissement du nouveau règlement municipal sur les «rénovictions».

• À lire aussi: Des manifestants bloquent une mairie d'arrondissement

Le conseil d'arrondissement se rassemblait mardi soir afin de faire une deuxième lecture du règlement, adopté en mars, qui doit interdire toute subdivision de logements existants dans un bâtiment de trois logements et plus.

De cette manière, l’arrondissement espère limiter les évictions abusives qui permettent aux propriétaires d’augmenter considérablement le loyer.

GUILLAUME CYR/24 HEURES/AGENCE QMI

«Il est considéré que le fait de modifier le nombre de logements pour un bâtiment unifamilial ou un duplex pour un maximum de 3 logements n'entraînera pas de conséquences négatives pour la pérennité souhaitée des logements existants», pouvait-on lire dans l'ordre du jour du conseil.

Sandrine Belley, organisatrice communautaire pour le comité logement du Sud-Ouest, le P.O.P.I.R, se disait d'abord en faveur nouveau réglement, mais s'inquiète maintenant d’assister à l’adoption d’une règlementation moins sévère de la part de l’arrondissement.

«On a peur que l'arrondissement recule sur certains points, en permettant notamment de permettre des exceptions. On veut qu'il soit plus strict, pas moins», a tonné Mme Belley.

Plus stricte

En fait, l’organisation communautaire demandait même à l’arrondissement d’aller plus loin, expliquant que plusieurs familles se font aussi évincer à partir de duplex.

«La demande pour nos services a plus que doublé en deux ans. On parle d'un taux d'inoccupation d'environ 3 %», a exprimé Mme Belley, préoccupée par la situation.

Ce type de règlementation, qui a pour but de protéger le parc locatif et éviter les évictions abusives, a aussi été proposée dans plusieurs autres arrondissements, comme le Plateau Mont-Royal.

Les propriétaires désirant procéder à des projets de transformation de bâtiments résidentiels peuvent seulement déposer une demande, qui sera minutieusement étudiée par la division de l'urbanisme de l'arrondissement.

Les modifications adoptées par le conseil n'avaient pas encore été rendues publiques mardi soir, alors que la séance municipale se tenait à huis clos.

À lire aussi

Et encore plus