Livraison : Eva veut faire un pied de nez à Amazon et Uber Eats | 24 Heures MTL
/activities/shopping

Livraison : Eva veut faire un pied de nez à Amazon et Uber Eats

Image principale de l'article Eva veut faire un pied de nez à Amazon et Uber
Joël Lemay / Agence QMI

L’application de transport de personnes Eva, une coopérative québécoise sans but lucratif qui rivalise avec Uber en prélevant auprès de ses chauffeurs membres 15 % du prix des courses au lieu de 25 %, s’est adaptée à la crise sanitaire en offrant un service de livraison instantanée qui ne prélève pas de commission auprès du commerçant et où le livreur garde l’intégralité du montant. 

« Nous ne sommes pas là pour faire du profit, mais pour profiter à nos membres, alors on laisse l’argent dans les poches des livreurs », explique Dardan Isufi, le cofondateur d’eva qui a, depuis son lancement en mai 2019, effectué plus de 18 000 courses, et ce, malgré sept mois de pandémie. C’est principalement le bouche-à-oreille entre chauffeurs qui fait connaître le service. « Non seulement nous prélevons 15 % au lieu de 25 %, mais nous réinvestissons ici, l’argent ne disparaît pas dans un paradis fiscal », soutient M. Isufi. 

• À lire aussi: Une armée d'assistants personnels à votre service

Beaucoup moins connue et utilisée qu’Uber, l’application Eva compte quand même déjà 850 chauffeurs membres, dont des livreurs. Le service est offert dans le grand Montréal et à Québec. À compter d’aujourd’hui même, Eva donne l’option à ses membres clients de commander des voitures hybrides ou électriques (même si parfois, ça signifie un temps d’attente accru).

Dans la mire : Amazon

Non contente de rivaliser avec Uber, Eva cible maintenant un nouveau Goliath : Amazon. « Amazon offre la livraison le lendemain, ce qui est bien, mais nous pouvons faire mieux : aux commerçants locaux qui vendent en ligne, nous offrons une option de livraison instantanée avec suivi en temps réel », explique M. Isufi.

« Si tu achètes en ligne des vêtements dans une boutique ou des livres dans une librairie, par exemple, le livreur peut aller te porter tes achats chez toi pratiquement sur-le-champ et tu peux voir sa progression, ce qui est nettement mieux que les rondes approximatives de services traditionnels comme UPS, Fedex ou Postes Canada. »

Le livreur garde tout

La coopérative Eva rode son service de livraison depuis mai dernier auprès de restaurateurs, mais vise à élargir son offre à tous les détaillants qui offrent l’achat en ligne.

« Les restaurateurs se sont vite rendu compte que les 30 % prélevés par les Uber Eats, Doordash et compagnie sont en train de les tuer et que ces applications détournent leur clientèle puisque les gens ne vont plus sur les sites des restaurants, mais directement dans les applications », dit Isufi.

• À lire aussi: Un joggeur attaqué par un dindon sauvage

Eva s’insère comme option de livraison directement dans les sites des commerçants afin que les clients n’aient pas besoin de télécharger l’application. Pour la livraison, Eva demande 2 $ de frais de base, 0,40 $ du kilomètre, 0,10 $ par minute, pour un minimum de 4 $. Les livreurs gardent pour eux 100 % du montant. Parmi les commerces montréalais qui livrent avec Eva, il y a notamment Antidote comptoir végane, Chez Lévesque, le Bilboquet, Fenêtre sur Kaboul, Mabrasserie, La Bêtise, La Taqueria, Kwi Zinn, L’académie, Joséphine et la crêperie Spanel.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus