Téo Taxi: une attente un peu longue, mais du plaisir en voiture | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Téo Taxi: une attente un peu longue, mais du plaisir en voiture

Image principale de l'article Une attente un peu longue, mais du plaisir
GUILLAUME CYR/24 HEURES/AGENCE QMI

La compagnie Téo Taxi est tranquillement revenue dans le paysage montréalais alors que son nouveau propriétaire, Pierre Karl Péladeau, en a fait l’annonce jeudi matin. Le «24 Heures» en a donc profité en après-midi pour faire quelques courses afin de comparer le service avec l’ancienne mouture de Téo Taxi.

• À lire aussi: Téo Taxi reprend du service sur les routes du Québec

Constat général: le temps d'attente était un peu long, mais les trois chauffeurs étaient sympathiques et respectaient les mesures sanitaires, avec entre autres la mise en place d'un plexiglas.

À deux reprises, il a fallu attendre une trentaine de minutes avant l’arrivée du véhicule. L’autre fois, cela a été plus rapide, avec un délai d’une quinzaine de minutes.

«Vous êtes mon premier client, bienvenue!», s’est exclamé Slimane Dahmane, qui venait tout juste de commencer son premier quart de travail pour Téo Taxi. Dans la matinée, il était justement allé se procurer sa toute nouvelle voiture Kia Soul 2020 à Mirabel.

D’ailleurs, M. Dahmane a indiqué avoir déjà travaillé dans le passé pour l’ancienne mouture de Téo Taxi, à l’époque où Alexandre Taillefer était à la barre de l’entreprise.

GUILLAUME CYR/24 HEURES/AGENCE QMI

Il n’avait pas aimé l’expérience, en raison des horaires difficiles et du maigre salaire. «J’ai travaillé deux semaines. Je rentrais à 3 h du matin et ça me coutait 35 $ de taxi pour rentrer chez nous, car je ne pouvais pas prendre le transport en commun la nuit.»

Avec ce retour pour Téo Taxi, il est maintenant heureux de pouvoir être travailleur autonome, avec une borne installée à la maison, tout en conduisant une voiture électrique qu’il considère comme la «technologie de l’avenir» dans le domaine.

Selon Christophe Nimubona, aussi conducteur pour Téo Taxi, les chauffeurs peuvent se rendre à Laval et à Longueuil.

«On peut aller porter des gens, oui, mais là-bas, on ne recevra pas vraiment d’appels», a-t-il expliqué.

GUILLAUME CYR/24 HEURES/AGENCE QMI

Journée occupée

Du côté de M. Nimubona, il assurait ne pas «arrêter» en début d’après-midi, alors qu'un autre chauffeur de taxi, qui n'a pas donné son identité, se disait bien occupé aussi.

M. Dahmane avait expliqué d’ailleurs ne pas s’attendre à une grande journée de travail, alors que les bars et les restaurants sont encore fermés.

Lors du second déplacement, aucune voiture Téo Taxi n’était disponible et un réceptionniste a appelé pour savoir si c’était correct pour le journaliste de l’accommoder avec un Taxi Diamond, ce qu’il a accepté.

Ce fut tout de même un Téo Taxi qui arriva sur place 30 minutes plus tard.

Note: Pierre Karl Péladeau est aussi président et chef de la direction de Québecor, auquel appartient le «24 Heures».

Martin Chevalier / JdeM

À lire aussi

Et encore plus