COVID-19: des mesures étudiées pour relancer le centre-ville de Montréal | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

COVID-19: des mesures étudiées pour relancer le centre-ville de Montréal

Image principale de l'article Comment relancer le centre-ville de Montréal?
Joël Lemay / Agence QMI

Alors que le centre-ville demeure désertique depuis la pandémie, la Ville de Montréal accueille d’un bon œil différentes recommandations d’un rapport visant à aider les commerces locaux, comme une taxe sur la livraison ou développer un service de livraison moins cher pour les restaurateurs.

• À lire aussi: Centre-ville de Montréal: encore peu d’employés se rendent au bureau

• À lire aussi: Pandémie: le centre-ville de Montréal reste peu fréquenté

Le rapport, réalisé par l’organisme Vivre en Ville et l’Association des Sociétés de développement commercial de Montréal, propose notamment d’adapter les programmes de soutien à la situation spécifique des commerces du centre-ville et de mener une campagne spécifique de promotion des commerces du secteur.

Il a été commandé par l’administration municipale afin de trouver des solutions pour soutenir le commerce pour soutenir le commerce montréalais affecté par la COVID-19.

Joël Lemay / Agence QMI

Luc Rabouin, responsable du développement économique au comité exécutif de la Ville, considère que le centre-ville nécessite des mesures importantes.

«On est tout à fait d'accord avec ça et on le dit déjà depuis quelques mois, a-t-il confié. Depuis le début de la pandémie, on implore les différents paliers du gouvernement pour dire que le centre-ville de Montréal a besoin d’un plan de sauvetage.»

Taxe sur la livraison

Pour réduire la charge fiscale sur le commerce de proximité à travers la ville, le rapport propose également de créer une taxe sur la livraison. «La délocalisation des bâtiments commerciaux vers des sites de moindre valeur foncière pourrait grever les finances municipales», explique le rapport.

«C’est vrai que les géants du web et les entrepôts qui sont en périphérie [de Montréal] payent beaucoup moins cher en termes de taxes de loyers et ils compétitionnent avec les commerces locaux», a soutenu M. Rabouin.

Ce dernier a précisé qu’il n’est toutefois pas question de taxer la livraison des commerces locaux, mais bien des entrepôts qui livrent dans la ville.

Plateforme pour les restaurants

Afin de diminuer les coûts de livraison des restaurateurs, une alternative aux grandes plateformes de référencement et de livraison pourrait également être développée pour le territoire montréalais.

«C’est quelque chose sur lequel on peut travailler, a dit Luc Rabouin. C’est le genre de mesure que nous on peut faire pour aider. Des projets structurants qui peuvent vraiment aider les commerçants, comme les restaurateurs.»

Plusieurs autres recommandations ont également été accueillies favorablement par la Ville, par exemple la souplesse des règles pour l’aménagement des terrasses. «Il y a certaines recommandations qui sont dans la continuité des actions qu’on a entreprises cet été pendant la pandémie [...] Il faut voir qu’est-ce qu’on est capable de faire l’hiver», note-t-il.

Notons que les recommandations présentées par le rapport ne sont pas neutres. «En cohérence avec la vision proposée, elles reposent sur un cercle vertueux mettant le commerce au service de la ville durable, et l’urbanisme commercial en appui à la vitalité commerciale», peut-on lire dans le document publié mardi.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus