Cinq gamers québécois empochent plus de 100 000$ en pleine pandémie | 24 Heures MTL
/jobs

Cinq gamers québécois empochent plus de 100 000$ en pleine pandémie

s

Cinq gamers québécois dans la vingtaine ont décroché un contrat de plus de 100 000 $ avec un géant coréen des E-sports grâce à leurs performances dans le jeu vidéo Valorant, lancé en juin sur PC.

«On fait beaucoup trop d’argent pour simplement jouer aux jeux vidéo», s’emballe Danny Huynh, qui a laissé de côté ses études en finances pour embrasser le mode de vie de cyberathlète depuis plus d’un an. 

En avril dernier, il a pris la décision avec quatre coéquipiers québécois de s’entraîner pour se démarquer au nouveau jeu de tir Valorant. 

À peine un mois après leurs débuts, l’équipe alors nommée «FRENCH CANADIANS» a été approchée par Gen.G Esports, une organisation sud-coréenne ayant déjà des clubs de joueurs dans différents sports électroniques populaires comme Overwatch ou League of Legends. 

«On fait dans les six chiffres, je suis super content de pouvoir vivre ça avec mes amis», affirme Danny Huynh, qui souligne que l’équipe a travaillé fort pour parvenir à ce succès. 

«Comme le jeu est nouveau, on pratiquait six jours par semaine au début», à raison de 11 heures par jour, précise le jeune joueur professionnel. 

Devant ce nouveau train de vie, Danny Huynh s’assure de garder un peu de temps pour ses amis. Il cherche aussi à garder l’équilibre en faisant de l’exercice physique pour compenser son temps passé devant l’écran. 

«J’ai toujours rêvé de vivre des jeux vidéo même si j’avais des bonnes notes à l’école. Je suis devenu pro et je veux le rester alors je travaille fort», martèle celui qui n’est pas du tout déçu de ces sacrifices. 

En plus de pratiquer plus de 60 heures par semaine, le joueur de 26 ans diffuse ses performances de jeu en direct sur Twitch où il compte 6700 abonnés. 

Un jeu à surveiller  

«La scène compétitive attire beaucoup d’argent, des joueurs de d’autres jeux migrent sur Valorant et je connais leur salaire, c’est vraiment gros», assure le joueur professionnel Danny Huynh qui estime que Valorant va gagner en popularité dans les prochaines années.

Il a lui-même quitté la scène compétitive de Counter Strike : Global Offensive avec ses compatriotes pour jouer à Valorant. Ces derniers doivent renégocier leur contrat à la fin de l’année et ont confiance de pouvoir obtenir un salaire encore plus consistant.

À lire aussi

Et encore plus