Le «justicier du vélo volé» veut passer le flambeau | 24 Heures MTL
/transports/bikepedestrian

Le «justicier du vélo volé» veut passer le flambeau

Après avoir été sept ans à la tête du groupe Facebook Vélo Volé - Montréal, Dominique Audet en a assez. Découragé par les politiques de Projet Montréal en matière de lutte contre le vol de vélo, le «justicier du vélo volé» veut passer le flambeau.
PHOTO COURTOISIE / Dominique Audet

Après avoir été sept ans à la tête du groupe Facebook Vélo Volé - Montréal, Dominique Audet en a assez. Découragé par les politiques de Projet Montréal en matière de lutte contre le vol de vélo, le «justicier du vélo volé» veut passer le flambeau.

Après sept ans à lutter contre le vol de vélo à Montréal, Dominique Audet en a assez. Découragé par les politiques de la Ville, le «justicier du vélo volé» veut passer le flambeau.

«L’administration en place, prétendument pro-vélo, ne fait pas mieux que les précédentes», explique Dominique Audet pour justifier son départ imminent du groupe. Il déplore notamment que l’équipe de la mairesse Valérie Plante n’ait pas reconduit le comité de travail sur le vol de vélo mis sur pied avant son arrivée en poste, préférant un comité qui se penche sur les enjeux cyclistes dans leur ensemble.

«Le vol de vélo est suffisamment important [à Montréal] pour qu’un comité se penche exclusivement sur cela», croit Dominique Audet, qui poursuit temporairement son action au sein de Vélo Volé en attendant de se retirer complètement lorsque la relève sera assurée.

Après avoir été sept ans à la tête du groupe Facebook Vélo Volé - Montréal, Dominique Audet en a assez. Découragé par les politiques de Projet Montréal en matière de lutte contre le vol de vélo, le «justicier du vélo volé» veut passer le flambeau.

PHOTO COURTOISIE / Dominique Audet

Après avoir été sept ans à la tête du groupe Facebook Vélo Volé - Montréal, Dominique Audet en a assez. Découragé par les politiques de Projet Montréal en matière de lutte contre le vol de vélo, le «justicier du vélo volé» veut passer le flambeau.

Le justicier regrette également que l’ampleur du problème soit connue de la Ville et du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), mais que l’inaction perdure. «Moi, je suis seulement un citoyen engagé. Je ne porte pas de cape de super héros, pourtant, j’ai l’impression de faire ce que la police devrait faire.»

La Ville refuse de commenter le départ de Dominique Audet. Elle dit toutefois travailler activement pour contrer le problème du vol de vélos en collaboration avec plusieurs partenaires, dont le ministère des Transports du Québec, Vélo Québec et le SPVM. «Mentionnons à titre d’exemple l’implantation d’un projet pilote de casiers à vélos sécurisés près de l’ÉTS (École de technologie supérieure)», souligne Marilyne Laroche Corbeil, relationniste. «Quelque 5970 supports à vélo sont installés sur les parcomètres des divers arrondissements de Montréal», ajoute-t-elle.

En 2018, Dominique Audet avait soumis à Projet Montréal – le parti de la mairesse Plante - un plan de lutte contre le vol de vélo. Des recommandations émises, seule l’adoption de Garage 529, un registre public qui permet d’enregistrer son vélo et de recenser ceux ayant été volés, avait été retenue. «Près de deux ans plus tard, il n’y a toujours pas de nouvelles quant à l’adoption de Garage 529», explique-t-il. Interrogée à ce sujet, la Ville de Montréal affirme que la plateforme Garage 529 – déjà en place au Canada anglais - est toujours à l’étude.

Dominique Audet estime que son action bénévole a permis d’aider quelque 300 victimes à retrouver leur bicyclette. «Je menais des actions citoyennes au quotidien. J’allais à la mairie et je faisais de la sensibilisation sur le terrain, mais après plus de sept ans, l’énergie comme la motivation manquaient», raconte-t-il. «Je ne veux pas que Vélo Volé tombe dans l'oubli et j'espère vraiment que le groupe continuera d'aider les victimes.»

Joint par l’Agence QMI, le SPVM n’a pas commenté les actions entreprises par Vélo Volé - Montréal au cours des dernières années ni le départ du justicier. Le service de police affirme toutefois que 1900 vols de vélos sont rapportés annuellement et qu’il travaille à élaborer une solution qui permettrait de retracer les vélos volés et d’en faciliter la remise aux propriétaires.

À lire aussi

Et encore plus