Un balado pour découvrir l'envers de Rosemont–La Petite-Patrie | 24 Heures MTL
/transports/bikepedestrian

Un balado pour découvrir l'envers de Rosemont–La Petite-Patrie

Marzia Pellissier, la co-conceptrice du balado Les Marcheurs de Montréal, espère que d'autres épisodes suivront le premier, qui porte sur Rosemont-La Petite-Patrie.
LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Marzia Pellissier, la co-conceptrice du balado Les Marcheurs de Montréal, espère que d'autres épisodes suivront le premier, qui porte sur Rosemont-La Petite-Patrie.

Saviez-vous que la pire tuerie orchestrée par le criminel notoire Richard Blass, alias «Le Chat», a eu lieu dans un bar du boulevard Rosemont, Le Gargantua, en 1975? Impossible de soupçonner cet épisode sordide, qui a fait 13 morts, en passant devant la nouvelle incarnation commerciale du local en question: une boulangerie. C'est l'une des choses que l'on peut apprendre dans le balado «Les Marcheurs de Montréal», lancé vendredi.

• À lire aussi: Une vidéo diffusée à travers les carreaux d’un bâtiment de Rosemont

Jusqu’au 23 décembre, une nouvelle activité est offerte gratuitement aux Montréalais qui veulent se dégourdir les jambes tout en découvrant leur ville: un balado d’une heure et demie qui nous fait déambuler à pied dans Rosemont–La Petite-Patrie.

Alors que la pandémie a forcé l’annulation d’innombrables événements culturels, cette marche animée en plein air respecte les règles sanitaires. Notre journaliste a essayé l’épisode pilote rosemontois appelé «La Marche du Nostalgique», qui commence à la maison de la culture de cet arrondissement.

« Le balado s’appelle "Les Marcheurs de Montréal" parce que d’autres épisodes suivront, dans d’autres quartiers, avec d’autres maisons de la culture, voire dans d’autres villes », explique la scénographe Marzia Pellissier, la co-conceptrice du balado.

Pour participer

Pour participer, il faut se rendre à la Maison de la culture Rosemont–La Petite-Patrie (6707, avenue de Lorimier) avec son téléphone intelligent pour accéder à la plateforme de diffusion. Assurez-vous que la batterie soit suffisamment chargée pour une heure et demie d’audition. Si ce n'est pas le cas, on vous fournira un lecteur MP3, mais vous devez avoir vos propres écouteurs.

«Pour faire de la promenade une sorte de chasse au trésor, j’ai conçu un sac qui contient différents objets mystères à découvrir en cours de route», raconte Mme Pellissier, qui demande bien sûr au journaliste de ne pas révéler ce « secret ».

Une carte permet aux auditeurs de l'épisode rosemontois du nouveau balado Les Marcheurs de Montréal de déambuler dans Rosemont-La Petite-Patrie pendant 1h30 en en apprenant plus sur le secteur.

LOUIS-PHILIPPE MESSIER/24 HEURES/AGENCE QMI

Une carte permet aux auditeurs de l'épisode rosemontois du nouveau balado Les Marcheurs de Montréal de déambuler dans Rosemont-La Petite-Patrie pendant 1h30 en en apprenant plus sur le secteur.

On se procure «ce sac à surprises» à la maison de la culture et on le rend aux bureaux de l’organisme Solon à la fin du trajet. Assurez-vous de réserver votre place pour être certain de trouver un sac prêt à votre arrivée.

Sur le trajet: des ruelles, des écoles, des églises, un ancien bar, Le Gargantua, où un crime sordide a eu lieu, etc. Une trame sonore signée Jocelyn Pelichet rythme la balade.

Les acteurs Catherine Lavoie, dans le rôle de «Montréal», et Kevin Houle, dans celui de Max, un personnage composite qui synthétise les souvenirs de nombreux Rosemontois interrogés par Marzia Pellissier, discutent entre eux, racontent des anecdotes, des blagues, et attirent l’attention du marcheur sur tel ou tel lieu au courant de la balade.

Chaussez-vous confortablement. Une heure et demie de marche, ça se ressent dans les jambes.

Pour plus d'information : lesmarcheursde.com

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus