L’intelligence émotionnelle pour améliorer nos relations de travail | 24 Heures MTL
/jobs

L’intelligence émotionnelle pour améliorer nos relations de travail

Image principale de l'article Améliorer nos relations de travail

« À l’ère de l’accélération technologique et de la COVID-19, l’être humain est de plus en plus confronté à une virtualisation du travail et des relations », affirme Benoit Chalifoux, auteur de l’essai Être à son meilleur – l’incroyable pouvoir des habiletés relationnelles. Dans ce contexte, la qualité des relations de travail est-elle en péril ? Comment alors la préserver et l’améliorer ?

En misant sur l’intelligence émotionnelle (IE), soit la capacité à reconnaître, à comprendre et à maîtriser ses propres émotions tout en composant avec celles des autres, et sur nos habiletés relationnelles, communément appelées soft skills, répond l’auteur, professeur et conférencier Benoit Chalifoux.

« L’empathie, l’écoute et la maîtrise de soi sont toutes des qualités qui permettent d’établir des relations durables et authentiques », enchaîne-t-il.

« Avant, on embauchait quelqu’un pour ses compétences techniques », rappelle le vice-doyen à l’école des sciences de la gestion de l’université du Québec à Montréal (ESG UQAM). Une époque révolue, croitil, ajoutant qu’aujourd’hui, « on comprend de plus en plus l’importance des compétences humaines ».

Ainsi, des habiletés comme l’écoute et l’empathie sont devenues des critères d’embauche, voire un élément indispensable pour avoir du succès et obtenir une promotion. Il s’agit également d’outils essentiels qui permettent d’instaurer de bonnes relations de travail.

« Par exemple, un gestionnaire empathique et à l’écoute saura déceler les préoccupations de ses employés, souligne Benoit Chalifoux. Il saura aussi leur poser les bonnes questions, tenir compte de leurs réponses et leur fournir des solutions. Ainsi guidé par ses habiletés humaines, il encouragera l’authenticité, la confiance et la collaboration parmi les membres de son équipe. »

Maintenir la relation même à distance

Alorsqu’unegrandeproportion d’employés se trouvent toujours en télétravail, distanciation physique oblige, les habiletésrelationnellesdemeurent tout aussi importantes.

« Il faut se montrer créatif et multiplier les gestes d’attention qui nourriront les relations, soutient Benoit Chalifoux. Cela peut être aussi simple que d’aller porter une bouteille de vin sur le perron d’un collègue ou d’organiser une rencontre Zoom en têteà-tête en dehors des heures de bureau. »

L’idée ? Recréer des moments inspirés de la pause-café ou des 5 à 7 dans le but de solidifier les liens. En usant de son intelligence émotionnelle, on entretiendra en outre de bonnes relations professionnelles virtuelles à distance.

Par exemple, le spécialiste suggère d’attendre au lendemain avant de répondre à un courriel jugé agressif. « Au lieu de répondre immédiatement et tout aussi agressivement, pourquoi ne pas respirer profondément et prendre le temps de gérer ses émotions ? demande-t-il. La maîtrise de soi favorise grandement la bonne entente. »

D’ailleurs, les études le démontrent : c’est la qualité de nos relations qui est gage de bonheur, de santé et de longévité, non pas le salaire ni les tâches à accomplir. « Les gens ont besoin de se sentir écoutés, valorisés et d’appartenir à un groupe significatif, qu’il soit virtuel ou non », insiste-t-il.

Heureusement, tout s’apprend, habiletés techniques comme relationnelles.

À lire aussi

Et encore plus