La STM maintiendra son offre de services et ses dépenses en 2021 | 24 Heures MTL
/transports

La STM maintiendra son offre de services et ses dépenses en 2021

Image principale de l'article La STM maintient ses dépenses
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Malgré une importante baisse de revenus liée à la pandémie de la COVD-19, la Société de transport de Montréal (STM) ne réduira pratiquement pas ses dépenses et son offre de services en 2021.

Sans tambour ni trompette, le transporteur a dévoilé mardi matin un budget 2021 de l'ordre de 1,54 milliard $, soit une baisse de 9,5 millions $ (-0,6 %) par rapport à l'an dernier.

Son plan d’investissements 2021-2030 prévoit pour sa part des sommes de 18 milliards $, une augmentation de plus de 300 millions $ par rapport à la dernière mouture.

La STM ne nous a pas habitués à des budgets aussi modestes au cours des dernières années, mais rappelons que durant le plus fort de la crise de la COVID-19, l'achalandage dans les bus de la STM et dans le métro a chuté de 90 %, ce qui a évidemment fait diminuer drastiquement les revenus provenant de la vente de titres de transport. Encore aujourd'hui, le transporteur recense une baisse d'achalandage de l'ordre de 65 % dans son réseau de bus et métro par rapport au niveau prépandémie.

Le transport en commun est considéré comme un service essentiel et l'offre de service a peu diminué pendant la pandémie, notamment pour permettre aux passagers de maintenir la distanciation sociale, donc une baisse d'achalandage n'équivaut pas à une grande baisse de coûts d'exploitation pour la STM.

Le transporteur veut continuer sur cette voie et ne compte pas couper dans l'offre de service. «C'est très difficile de ramener l'offre de service une fois qu'elle est retirée. En 30 ans, c’est peut-être arrivé une ou deux fois [une réduction de l’offre de service]», a précisé en entrevue le directeur général de la STM, Luc Tremblay.

Celui-ci explique par ailleurs que le maintien de l'offre de service dans les bus et métro permet de maximiser le respect des règles de distanciation sociale exigées par la santé publique afin de limiter la propagation de la COVID-19 et ainsi protéger les usagers et les employés du transporteur.

Piger dans les surplus

Rappelons que l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), qui chapeaute les sociétés de transport du grand Montréal, a demandé à la STM de couper 276 millions $ dans ses dépenses sur trois ans, vu la pandémie et la baisse d'utilisation du transport en commun.

En considérant la totalité des coûts liés aux immobilisations, à l’ajustement du service et aux autres dépenses d’exploitation, le budget 2021 montre seulement une légère baisse de 9,5 millions $ (-0,6 %) par rapport au budget 2020.

Le directeur général de la STM confirme avoir quand même respecté les demandes de l'ARTM, notamment en retardant la réalisation de certains projets. «On a pigé dans nos surplus de 2020 et des années antérieures, ça nous a donné un coup de main [pour atteindre la cible fixée par l'ARTM]», a-t-il indiqué.

Explosion du temps supplémentaire pour les employés d'entretien

En analysant les revenus et les dépenses des dernières années présents dans le budget 2021 de la STM, on constate que le transporteur prévoyait payer 169 000 heures de temps supplémentaires à ses 2407 employés d'entretiens au cours de l'année 2020.

En raison du contexte de la pandémie et de la hausse de la fréquence de nettoyage des bus et métro, la STM estime devoir acquitter 210 000 heures supplémentaires à ces employés d'entretien cette année, ce qui constitue un écart de 19 % par rapport à ces projections, montre un tableau des heures supplémentaires par catégorie d'emplois du plus récent budget du transporteur.

«Pendant la pandémie, on a jusqu'à 400 employés de bureau qui sont venus prêter main-forte aux équipes d'entretien, ça nous a évité de procéder à l'embauche de personnel supplémentaire», a indiqué le DG de la STM, Luc Tremblay.

Dépenses COVID

La STM investira environ 25 millions $ sur trois ans afin de mettre en place diverses mesures pour limiter la propagation de la COVID-19. Plusieurs millions ont déjà été investis, notamment pour l'achat et l'installation des panneaux de plexiglas à l'avant des autobus et l'achat et le ravitaillement des 224 bornes de désinfectant à mains dans les stations de métro. En 2021, la STM prévoit des dépenses de 8,1 millions $ liées à la COVID-19.

Diversité

Plus d'un employé sur deux (53 %) embauché par la STM en 2019 était issu de minorités visibles, ethniques et autochtones. Ce groupe représentait 34 % de l’effectif du transporteur (10 444 employés) au 31 décembre 2019. À titre comparatif, un travailleur sur quatre s’identifiait à ce groupe en 2015.

Par ailleurs, la proportion de femmes employées à la STM a légèrement diminué entre 2015 et 2019, passant de 24,7 % à 23,4 % (-1,3 %), ce qui s'explique en partie par des départs à la retraite.

À lire aussi

Et encore plus