À un an des élections: 60% des Montréalais veulent du changement | 24 heures
/mtl-news/news

À un an des élections: 60% des Montréalais veulent du changement

Image principale de l'article 60% des Montréalais veulent du changement
Joël Lemay / Agence QMI

Denis Coderre ou tout autre candidat pourrait prendre les rênes de la Ville de Montréal, selon le souhait de plusieurs citoyens qui veulent du changement à la tête de la métropole à un an des élections municipales.

Pour reprendre le slogan de la dernière campagne électorale de la mairesse, à l’automne 2017, il semblerait que Valérie Plante ne soit plus « l’homme de la situation », d’après un sondage Léger réalisé la semaine dernière.

• À lire aussi: La mairesse a-t-elle su respecter ses promesses?

• À lire aussi: Une bonne gestion de crise, mais un bémol sur les pistes cyclables

Pas moins de 60 % des Montréalais sondés espèrent que les prochaines élections amèneront un changement d’équipe à la mairie. Cela pourrait s’expliquer par le fait que 51 % des répondants sont insatisfaits du travail effectué par la chef du parti Projet Montréal.

« Il y a un vent de face pour Mme Plante. L’année à venir s’annonce difficile. [...] Elle a un an pour redevenir la championne de quelque chose » et pour reconquérir les électeurs, commente Christian Bourque, vice-président exécutif chez Léger.

Rien n’est joué pour Coderre

Même si 46 % des personnes interrogées souhaiteraient que l’ex-maire Denis Coderre refasse le saut dans une course, seulement 26 % d’entre eux croient qu’il ferait le meilleur chef.

Et s’il est de plus en plus visible dans les médias, M. Coderre n’a jamais indiqué qu’il serait officiellement candidat l’an prochain.

« Coderre a une longueur d’avance, mais ça ne veut pas dire qu’une majorité voterait pour lui. [...] On ne le voit pas nécessairement comme un sauveur », précise M. Bourque.

Ce dernier cite en exemple la question sur les intentions de vote en vue du scrutin du 7 novembre 2021. M. Coderre ne récolterait que 32 % des voix, contre 20 % pour Mme Plante.

Un troisième candidat

Selon ce sondage, il y aurait de la place chez l’électorat pour un troisième candidat à la mairie venu de l’extérieur.

« Si on additionne le 21 % de ceux qui voteraient pour un autre candidat et le 27 % d’indécis, ça fait beaucoup. Ça augure bien pour un autre éventuel candidat ou pour Mme Plante qui tenterait de reconquérir des électeurs », explique M. Bourque.

Parmi les noms proposés par les sondeurs, ceux des ministres Mélanie Joly et Pierre Fitzgibbon ainsi que ceux des personnalités du monde des affaires Danièle Henkel et Alexandre Taillefer, sans oublier l’ex-députée Yolande James, suscitent le plus d’intérêt.

Pour quiconque convoite le poste de maire de Montréal, Christian Bourque suggère de miser sur la relance de l’activité économique de la Ville. Il s’agit du dossier qui risque d’avoir le plus d’influence sur le vote (voir ci-contre).

« Si Mme Plante ne reprend pas le ballon, elle pourrait perdre si un candidat en fait son cheval de bataille », soutient M. Bourque.

À lire aussi

Et encore plus