Le milieu des affaires applaudit le budget de la Ville | 24 heures
/mtl-news/news

Le milieu des affaires applaudit le budget de la Ville

Image principale de l'article Le milieu des affaires applaudit le budget
ELSA ISKANDER/24 HEURES/AGENCE QMI

Le budget 2021 de la Ville de Montréal présenté jeudi suscite plusieurs réactions positives de la part d’acteurs économiques importants, qui se réjouissent du gel de taxes et des investissements pour la relance économique.

• À lire aussi: Montréal maintient ses dépenses : Un autre budget de 6,1 milliards $

• À lire aussi: Budget 2021 de Montréal: Des manifestants perturbent la conférence de presse

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) «applaudit» la décision de la Ville de carrément geler le compte de taxes pour l'année 2020-2021 plutôt que de le faire augmenter au niveau de l'inflation.

La CCMM reconnaît que la Ville devra faire face à un gros défi: «préserver la qualité des services municipaux, tout en maintenant un environnement d'affaires prévisible, et ce, sans alourdir le fardeau fiscal ou le fardeau réglementaire des entreprises», a fait savoir son président et chef de la direction, Michel Leblanc, par communiqué.

Joël Lemay / Agence QMI

La Fédération canadienne des entreprises indépendantes (FCEI) salue aussi le travail de la Ville quant à l’investissement prévu de 50 millions $ pour la relance économique. Elle encourage toutefois la Ville à poursuivre la réduction de l’écart du taux de taxation commerciale et résidentielle, le premier étant approximativement quatre fois plus élevé que le second.

Mécontentement

Le budget ne fait pas que des heureux, dont l’homme d’affaires Peter Sergakis, également président de l’Association des propriétaires de bâtiments commerciaux du Québec (APBCQ).

«Geler les taxes n’aide pas les commerçants. Tout le monde admet que la taxation commerciale pour les commerces de Montréal c’est abusif et le plus haut de toutes les villes canadiennes», a-t-il décrié.

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

«Ce n’est pas un gel [de taxes] que ça prenait, ça prenait une réduction massive» de 50% des taxes foncières non résidentielles, a-t-il avancé.

En septembre, l’APBCQ avait demandé «de gros changements», prédisant sinon «un tsunami» pour les commerces de Montréal. Elle a par la suite présenté à la Ville 10 recommandations, dont un congé de taxes non résidentielles pendant la période de confinement causée par la COVID-19. À la connaissance de M. Sergakis, aucune des 10 recommandations n'a été accordée. «On n’a pas grand-chose», a-t-il dit en examinant le budget.

L’APBCQ s’interroge aussi sur l’utilisation qui sera faite des 50 millions $ injectés pour le développement économique et doute que les PME montréalaises n’en voient jamais la couleur.

À lire aussi

Et encore plus