Les CHSLD, des lieux d’amour dans ce documentaire du RIDM | 24 Heures MTL
/activities/todo

Les CHSLD, des lieux d’amour dans ce documentaire du RIDM

Image principale de l'article Les CHSLD, des lieux d’amour
PHOTO COURTOISIE/Magasin général

Présenté à travers la section « Repenser l’intimité» des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), le documentaire «CHSLD, Mon Amour» du réalisateur Danic Champoux dévoile le quotidien parfois difficile, mais souvent riche de tendresse des résidents du CHSLD Émilie-Gamelin du Centre-Sud de Montréal.

• À lire aussi: RIDM : l’état du monde par le documentaire

«Moi, je côtoie les bénéficiaires du CHSLD, je suis voisin. Il y en a souvent qui sortent dehors, qui font le tour du bloc, qui passent devant chez nous. Il y en a que je connais bien», raconte le réalisateur.

C’est pour défaire la réputation parfois plutôt lugubre qui entoure ces centres d’hébergement que Danic Champoux a voulu témoigner de ce qu’ils pouvaient abriter de beau et de digne à travers ce documentaire réalisé à l’automne 2019, tout juste avant que la pandémie ne vienne tout bouleverser. On y retrouve du personnel vaillant, attentionné et d’une grande douceur. On fait la rencontre de résidents pleins d’humour, de caractère et mus par un fort désir de vivre.

«Je ne peux pas tirer de conclusions et je n’ai filmé qu’un seul CHSLD, je ne peux pas ramasser tout le système, mais ce que je voulais montrer, c’est qu’il y avait une œuvre de bienveillance là-dedans, poursuit le réalisateur. Parce qu’on parlait beaucoup des CHSLD avant la pandémie déjà, mais il me semblait qu’il y avait une espèce d’écart entre la réalité et ce qu’on reçoit des médias en général. Je ne nie pas qu’il y ait des problèmes, mais j’avais décidé de jeter un regard là où il y avait de l’empathie, des soins, de l’amour finalement.»

Le documentaire «CHSLD, Mon Amour» sera présenté en première mondiale du 26 novembre au 2 décembre via ridm.ca

Mise à jour (18/11/20): le film sera également disponible sur la plateforme Crave dès le 4 décembre

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus