Montréal maintient ses dépenses : Un autre budget de 6,1 milliards $ | 24 heures
/mtl-news

Montréal maintient ses dépenses : Un autre budget de 6,1 milliards $

Image principale de l'article Un autre budget de 6,1 milliards $
Joël Lemay / Agence QMI

Malgré la pandémie, la Ville de Montréal a préparé un budget de 6,166 milliards $ pour l'année 2021, soit presque identique au budget record de 2020: les dépenses diminuent seulement de 1,5 million $.

• À lire aussi: Le milieu des affaires applaudit le budget de la Ville

• À lire aussi: Budget 2021 de Montréal: Des manifestants perturbent la conférence de presse

• À lire aussi: Les autobus et le métro pourraient être gratuits pour les moins de 12 ans dès juillet

«C’est d’abord et avant tout un budget COVID – et avec la COVID vient la responsabilité d’une relance économique – plutôt qu’un budget électoral», a affirmé jeudi la mairesse Valérie Plante.

Une enveloppe de 50 millions $ est prévue pour un plan de relance économique.

«Il contiendra des mesures d’urgence pour aider les secteurs qui souffrent le plus présentement», a-t-elle dit.

Gel de taxes

Comme annoncé le mois dernier, la Ville a décidé de geler les taxes foncières relevant de la Ville-centre, mais pas celles des arrondissements. Dans les faits, la hausse pour le secteur résidentiel s’établit donc à 0,2 % pour l’année à venir.

Une résidence moyenne étant évaluée à 534 825 $ au rôle d’évaluation 2020-2022, cette hausse de 0,2 % correspond à 7 $ de plus sur un avis d'imposition initial de 4161 $.

Pour les immeubles non résidentiels, il n’y aura aucune hausse de taxes.

Le parti d’opposition Ensemble Montréal a critiqué des «cadeaux électoralistes» d’une «administration dépensière», comme le gel de taxes ou la réduction promise de certains tarifs de transport en commun.

Les taxes, qui génèrent 64,7 % des revenus de la Ville, garniront les coffres de 3,7 milliards $ en 2021, contre 3,6 milliards $ en 2020, et ce, malgré le gel de taxes qui prive la municipalité de 56 millions $.

Salaires et sécurité

À elle seule, la rémunération des fonctionnaires s’élève à 2,5 milliards $, ce qui représente 40,9 % des dépenses de fonctionnement, et est en hausse de 142 millions $ par rapport à 2020, notamment en raison d’une augmentation des charges de retraite.

Le budget de la sécurité publique se maintient à plus de 1 milliard $, dont 679 millions $ pour la police, en hausse d’environ 15 millions $.

«En plein milieu d’une pandémie, de faire un bris de services au SPVM, ça ne serait pas responsable», a estimé la mairesse, dont la conférence de presse a été retardée par l’arrivée surprise d’une quinzaine de militants réclamant un définancement de la police.

Aide de Québec

Au printemps dernier, la Ville avait procédé à des compressions de 123 millions $, en raison de l’impact de la pandémie sur les revenus. Montréal a reçu récemment un coup de pouce du gouvernement provincial qui a promis 263 millions $ pour l’aider à traverser la crise. Cette somme permettra d’éponger 85 millions $ dépensés en diverses mesures d’urgence. La Ville utilisera le reste pour compenser des revenus de stationnement en baisse, financer un plan de relance économique et maintenir des services locaux.

«Sans le cadeau de 263 millions $ de Québec, Montréal serait dans le pétrin financier. Ils n’auraient pas les moyens d’avoir un budget équilibré», a soutenu le chef du parti d’opposition Ensemble Montréal, Lionel Perez.

Dette de 120 %

M. Perez critique aussi le taux d’endettement, bondissant de 110 % en 2020 à 120 % en 2021. «On est à 1 % d’une décote» des agences de notation, a signalé M. Perez, prévenant qu’il ne faut pas dépasser ce 120 %.

Pour revenir à un taux d’endettement de 100 % en 2027, la Ville compte augmenter ses paiements au comptant des immobilisations, malgré une baisse ponctuelle. Une hausse des revenus est espérée dans les prochaines années, grâce à des subventions par exemple, ont expliqué les fonctionnaires.

À lire aussi

Et encore plus