Un nouveau campement de sans-abris fait son apparition à Montréal | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Un nouveau campement de sans-abris fait son apparition à Montréal

Trois tentes et une quinzaine de personnes en situation d’itinérance ont élu domicile sur l’avenue du Parc, tout près de la rue Milton, sur Le Plateau-Mont-Royal.

• À lire aussi: Campements de sans-abris : du «jamais vu» depuis la Seconde Guerre mondiale

• À lire aussi: Un hôtel montréalais converti en refuge pour itinérants cet hiver

Le petit campement de fortune est étroitement adossé à une clôture protégeant un terrain désaffecté. Bien que les passants les contournent facilement, certains occupants du campement monopolisent une section du trottoir.

Certains d’entre eux tendent la main à ceux qui descendent de l’autobus de la Société de transport de Montréal, dont l’arrêt est à la même intersection, pour recevoir de l’argent.

«Dans le secteur de Milton-Parc, une halte-chaleur sera disponible à partir du 1er décembre prochain, dans les locaux de l’organisme La Porte ouverte/ Open Door, qui offre actuellement des services de jour. Le centre d'hébergement du complexe Guy Favreau, le centre d'hébergement de l'hôtel Place Dupuis et Projet Autochtone Québec sont déjà ouverts afin d’offrir des services de première nécessité aux personnes en situation d’itinérance du secteur», a expliqué lundi le maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Rabouin.

Il poursuit dans un échange de courriel que la Ville de Montréal a notamment prévu «400 lits d’urgence supplémentaires et 9 haltes-chaleur pour les soirs et les nuits partout sur le territoire».

D’autres campements

Cet été, l’imposant campement surnommé le «Camping Notre-Dame», dans le quartier Hochelaga, a plusieurs fois fait les manchettes vu le nombre élevé de personnes qui le fréquentaient. Le mois dernier, près de 300 personnes vivaient toujours dans le campement de fortune, avant que la Ville ne décide de transformer un hôtel du centre-ville en refuge pour loger ces sans-abris.

Un autre campement est aussi apparu à Montréal-Nord au début du mois d’octobre; celui-là aurait été démantelé à la fin du même mois.

En septembre dernier, la mairesse de Montréal Valérie Plante indiquait que le nombre d’itinérants avait doublé depuis le début de la crise sanitaire de la COVID-19. On compte désormais quelque 6000 personnes dans cette situation dans la métropole.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus