Une murale en hommage au passage de Nelson Mandela à Montréal | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Une murale en hommage au passage de Nelson Mandela à Montréal

Image principale de l'article Une murale en hommage au passage de Nelson Mandela
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Un hommage au militant contre l’apartheid en Afrique du Sud, Nelson Mandela, a été dévoilé lundi dans la Petite-Bourgogne à Montréal. 

• À lire aussi: Une longue terrasse sur Saint-Laurent

• À lire aussi: Les murs de la joie de Marc-Olivier Lamothe

La murale se trouve sur un mur de l’Église Union Unie (Union United Church), là où Mandela avait rencontré des membres de la congrégation il y a maintenant 30 ans.

L’homme politique a fait un voyage éclair à Montréal le 19 juin 1990 lors de sa tournée mondiale à la suite de sa libération le 2 février de la même année.

«Il faut savoir que Montréal a été une communauté engagée dans la lutte contre l’apartheid, le Canada aussi [avec] le premier ministre Brian Mulroney à l’époque», a expliqué Elizabeth-Ann Doyle, la directrice générale et artistique de MU, un organisme qui réalise des dizaines de murales par année.

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Il y a 30 ans, Nelson Mandela est resté 3 h 30 à Montréal, mais il a cru bon d’aller saluer la communauté de la Petite-Bourgogne.

«La Union United Church, c’est la plus vielle congrégation noire à Montréal et l’une des plus anciennes au Canada, c’est plus que centenaire. Elle est engagée dans les droits civiques et aussi dans la lutte contre l’apartheid», a souligné Mme Doyle.

Le legs à la communauté

«On est dans un quartier où il y a une histoire et un éventail très riche et large des communautés afrodescendantes. On est au cœur d’un quartier qui a toute une histoire. Je pense que ça résonne pour les gens d’ici, mais le message de Mandela est un message universel pour les humains, pour l’égalité et pour le respect», a ajouté la directrice générale de MU.

L’artiste chargé du projet est Franco Égalité qui produit aussi des oeuvres sous le sobriquet de Francorama. Pour lui, tous les éléments de la murale sont réfléchis en conséquence de l’importante figure politique que représente Nelson Mandela.

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

«Mandela c’est quelqu’un qui a soulevé une foule, par lui-même, avec son poing, avec son message. Son poing était aussi fort que le soleil. Justement de son poing, on se dirige vers son visage, vers la citation "quand les gens sont déterminés ils peuvent tout surmonter"», a-t-il dit en admirant son œuvre.

«Juste par les couleurs, qui sont inspirées par celle du drapeau de l’Afrique du Sud, mais aussi par la vibrance, je voulais attirer l’attention et créer une curiosité sur l’histoire et le parcours de Mandela», a raconté Franco.

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Mandat éducatif

Le jeune artiste souhaite inspirer la prochaine génération à s’informer encore plus sur le message porté par sa murale, lui-même ayant été inspiré dans sa jeunesse par Mandela, mais ne connaissant que vaguement son histoire et celle de l’apartheid.

«Juste de faire ce constat-là que j’en connaissais très peu sur Nelson Mandela, son parcours et son message, ça m’a vraiment fait prendre conscience que si j'en savais peu, les générations plus jeunes devaient en savoir encore moins», a-t-il observé.

Lui et dix autres jeunes ont achevé l’œuvre après trois semaines à raison de 8 heures de travail par jour. Ces jeunes n’avaient pas tous des connaissances en peinture, ce qui a permis à Franco Égalité alias Francorama d’enseigner sa passion et d'échanger sur l’histoire de Mandela.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus