Une nouvelle drogue sur le marché noir inquiète la santé publique | 24 Heures MTL
/mtl-news/crimes

Une nouvelle drogue sur le marché noir inquiète la santé publique

Image principale de l'article Une nouvelle drogue inquiète la santé publique
TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

La Direction régionale de santé publique (DRSP) de Montréal a récemment reçu le signalement d’un décès «probablement» causé par l’ingestion d’isotonitazène. 

Ce comprimé bleu sécable contenant l’inscription «A/215» semble être une contrefaçon d’un comprimé d’oxycodone 30 mg, un opioïde médicamenteux normalement disponible par prescription.

«C’est un opioïde de synthèse aussi puissant que le fentanyl, donc ça nous préoccupe énormément qu’il se vende des comprimés de contrefaçon contenant de isotonitazène sur le marché à Montréal», a indiqué la Dre Carole Morissette, médecin spécialiste en santé publique, en entrevue à TVA Nouvelles.

Un échantillon analysé contenait de l’isotonitazène à la place de l’oxycodone si bien que les consommateurs peuvent être exposés à cette substance sans le savoir.

«Ça été observé dans d’autres régions aussi. C’est une nouvelle drogue qui vient d’entrer sur le marché et qui met à risque des personnes qui le consomment à leur insu de faire des surdoses mortelles», a-t-elle précisé.

À ne pas consommer seul

Les comprimés pourraient être vendus sur le marché noir comme des comprimés de Percocet. Les effets problématiques se situent surtout au niveau respiratoire.

«Ça cause une dépression respiratoire, ce qui crée le risque de décès. Le message que l’on fait aux gens qui se tournent vers le marché noir, c’est de ne jamais consommer seul», a expliqué la Dre Morissette.

«Un témoin (d’une surdose) pourrait offrir la naloxone, l’antidote qui permet de renverser la surdose. Appeler le 911 fait vraiment une différence aussi», a-t-elle ajouté.

Selon la Dre Morissette, la situation de Montréal ne va pas sans rappeler celle des autres grandes villes canadiennes au cours des dernières années.

«Ça ressemble beaucoup plus à ce qui se vivait à Toronto et à Ottawa. Il est possible que le marché de la drogue ait beaucoup changé.»

La DRSP invite les consommateurs de drogues à être vigilants et les appelle à partager toute situation suggérant une exposition à cette drogue nouvellement identifiée à Montréal en utilisant la fiche de signalement de surdose.

Elle encourage les cliniciens et intervenants à rehausser les interventions de prévention des décès auprès de ceux-ci.

À lire aussi

Et encore plus