Le drame de Polytechnique au piano | 24 Heures MTL
/mtl-news/news

Le drame de Polytechnique au piano

Image principale de l'article Le drame de Polytechnique au piano
PHOTO COURTOISIE/Studio La Luz Portraits

L’artiste Viviane Audet proposera le 27 novembre un nouvel EP intitulé «Les filles montagnes», une véritable trame sonore, douce et grave, inspirée de la tragédie de Polytechnique. 

C’est dans le cadre du documentaire «Polytechnique, ce qu’il reste du 6 décembre» de Judith Plamondon, diffusé l’année dernière et marquant les trente ans du drame, que la pianiste Viviane Audet s’est plongée une première fois dans la sombre soirée du 6 décembre 1989. Elle a eu le délicat mandat d’en composer la musique originale.

«Quand le documentaire est sorti en décembre, j’ai eu envie ensuite de pousser ça, a raconté la compositrice originaire de la Gaspésie. Je sentais que musicalement, j’étais allé quelque part, mais que j’aurais pu aller encore plus loin. Et cette histoire-là m’a tellement chavirée.»

«Pour moi, on dirait que c’est vraiment une façon de garder le souvenir de ces filles-là, a-t-elle poursuivi. On l’a raconté en documentaire, on l’a raconté de façon journalistique, de façon plutôt factuelle. Est-ce que maintenant on ne pourrait pas entretenir cette mémoire-là, de ces filles-là, et le faire en musique ?»

PHOTO COURTOISIE/Mélanie Boulay

«Elles»

En résulte un EP d’une douceur bouleversante, composé pour piano et wurlitzer, un piano électrique au son plus métallique, et que l’on écoute d’un morceau à l’autre comme si l’on suivait, avec un vertige sourd, le déroulement de cette sombre soirée de décembre qui aura coûté la vie à 14 femmes.

«Si on écoute l’album du début à la fin, c’est chronologique, a expliqué Viviane Audet. Pour moi, le début, c’est l’innocence. J’ai beaucoup imaginé cette soirée-là, je l’ai vu en images aussi grâce au documentaire. Il neigeait cette soirée-là, c’était l’hiver. À 17 h, il faisait noir.»

«J’ai beaucoup travaillé par improvisation, a-t-elle poursuivi. Surtout pour la pièce "Le piège", qui dure huit minutes, qui pour moi est vraiment... En tout cas, on peut s’imaginer que c’est l’arrivée du tueur, qui longe les corridors, d’une façon très suggestive, musicale évidemment. Et à la fin, la dernière pièce qui s’appelle "Elles", qui est très courte, mais c’est peut-être la beauté que ces femmes-là nous auront laissée.»

Plus grandes que la montagne

La musicienne a également tenu à aviser certaines organisations très proches du drame de Polytechnique pour ne pas donner l’impression qu’elle s’appropriait l’événement sans égard pour ceux et celles qui en ont été bouleversés.

«J’ai appelé le Comité mémoire, j’ai appelé la Semaine de la rose blanche, j’ai voulu leur dire quand même "allo, je m’appelle Viviane, vous ne me connaissez pas, mais je fais ça", a indiqué la pianiste, humblement, un sourire généreux dans la voix. Je ne voulais pas débarquer avec mes grands chevaux.»

Le titre de ce nouvel EP, dont la pochette est illustrée par Mélanie Boulay du duo Les sœurs Boulay, renvoie d’ailleurs tout autant au lieu géographique où a eu lieu la tragédie qu’au symbole que représente désormais le souvenir de ces 14 femmes.

«Quand est venu le temps de trouver le titre, je me suis rappelé le "feeling" que j’avais quand je passais devant Polytechnique, parce qu’il fallait toujours que je monte la montagne, et j’étais souvent à pied. Ça s’est passé sur une montagne qui est quand même le symbole de Montréal.»

«Et puis ces filles-là, c’est un peu judéo-chrétien, mais on peut aussi s’imaginer qu’elles sont au-dessus de nous, qu’elles sont parties. Et je trouve que Mélanie, elle l’a bien illustrée cette idée-là, que les filles sont plus hautes, sont plus grandes que la montagne encore.»

Viviane Audet présentera un concert au piano le 3 décembre prochain dans le cadre du festival numérique LE QG. Les bénéfices découlant de la vente de billets seront versés à la Semaine de la rose blanche, une initiative mise en place à l’occasion du 25ee anniversaire du drame de Polytechnique.

À lire aussi

Et encore plus