Une poupée Barbie à l’effigie de la championne olympique Marie-Philip Poulin | 24 Heures MTL
/mtl-news/society

Une poupée Barbie à l’effigie de la championne olympique Marie-Philip Poulin

Image principale de l'article Marie-Philip Poulin a sa poupée Barbie
PHOTO COURTOISIE / Groupe CNW / Tim Hortons

Avec une poupée Barbie à son effigie, la Québécoise championne olympique de hockey sur glace Marie-Philip Poulin poursuit la lutte pour l’égalité des femmes dans les sports.

Plus tôt ce mois-ci, Tim Hortons et Barbie ont lancé deux poupées, une représentant la Beauceronne en uniforme de hockey, l’autre représentant sa collègue du Canada anglais Sarah Nurse. Les deux entreprises veulent ainsi «aider les filles à réaliser leurs rêves». Les poupées sont mises en vente dans les restaurants Tim Hortons participants à travers le pays.

Sarah Nurse

PHOTO COURTOISIE / Groupe CNW / Tim Hortons

Sarah Nurse

Dans un échange de courriels avec l’Agence QMI, Marie-Philip Poulin, médaillée d’or des Jeux de Vancouver (2010) et de Sotchi (2014), a souligné ce désir d’«inspirer les jeunes à suivre leurs passions et à rêver grand», parlant de la nécessité «de sensibiliser les gens [et] de continuer à se battre pour l’égalité des femmes dans le sport».

La capitaine de l’équipe canadienne de hockey féminin a été consacrée meilleure joueuse de hockey au monde par un sondage effectué auprès des joueurs de la LNH cette année. Elle est fière du chemin parcouru par le sport féminin depuis son enfance et souhaite que les hockeyeuses puissent exercer leur sport au niveau professionnel.

«On espère pouvoir bientôt créer une ligue qui va nous permettre de gagner un salaire respectable», a-t-elle confié.

Questionnée sur le paradoxe entre le symbole de la récente commercialisation d’une poupée à son effigie, et l’impossibilité des hockeyeuses de haut calibre de gagner un salaire convenable avec le sport, Marie-Philip Poulin s’est montrée optimiste.

«Nous devons continuer cette lutte et je suis persuadée que les choses vont changer sous peu. Plusieurs femmes sont en train de faire leur marque dans le sport professionnel aujourd’hui. Les Marlins viennent de nommer une femme DG, les États-Unis auront une première femme vice-présidente. Je sens vraiment que les choses s’en vont dans la bonne direction», affirme-t-elle.

Le soutien familial: un impératif

Bien que la force symbolique que représente une poupée hockeyeuse soit criante de sens, Marie-Philip Poulin souligne l’importance du cocon familial pour s’épanouir.

«Mon grand frère m’amenait jouer avec lui et les autres garçons. Il a toujours fait en sorte que j’aie ma place [sur la patinoire]. Mes parents m’ont supportée tout au long de ma jeunesse et dans ma carrière», déclare la hockeyeuse originaire de Beauceville.

Elle croit que c’est ce qui lui a «donné la confiance de foncer dans un milieu qui était moins populaire pour les filles à l’époque».

Les recettes de la vente des poupées seront entièrement remises à la Fondation Hockey Canada pour soutenir le hockey féminin.

À lire aussi

Et encore plus