Dans l’univers musical de Mathieu Cyr | 24 Heures MTL
/activities

Dans l’univers musical de Mathieu Cyr

Image principale de l'article Dans l’univers musical de Mathieu Cyr

À la barre de l’émission Skate le monde, l’humoriste et animateur Mathieu Cyr continue de jongler avec plus d’un projet.

Comme si la télé, le web et la scène ne suffisaient pas, il se lance en affaires avec sa conjointe Ashley-Jade Lussier dans une aventure en lien avec sa passion pour le skateboard.  

Gros programme! Il a quand même trouvé le temps de nous jaser de musique. 

À tes débuts, tu t’es fait connaître avec un numéro dans lequel tu jouais de la guitare. En joues-tu encore dans certains numéros?

Je fais beaucoup de tounes avec Jérémy Demay. Ou des tounes solos pour le web. Dans mon prochain show, c’est sûr que je vais ajouter de la guitare.  

Est-ce que la musique était très présente dans ta famille?

Mon père m’a montré à jouer de la guitare. C’est un homme d'affaires mais il a enregistré un disque quand il avait 33 ans. Pour le fun avec des amis en studio. Ça a spinné un peu à CHOM. Il a fait la Saint-Jean-Baptise une couple de fois à Saint-Lazare.

Tu es musicien et skater. Est-ce que tu étais fan de skate-punk des années 90?

Oui vraiment. Pennywise, NOFX, Bad Religion. Surtout NOFX. Je trouve qu’ils ont une carrière en dessous de leur talent musical. Tous les musiciens là-dedans sont excellents. 

Quel album a bercé ton adolescence?

Y en a tellement! Nevermind The Bollocks des Sex Pistols. Ça a été un des premiers albums que j’ai écouté mais celui que j’ai écouté le plus c’est Punk In Drublic de NOFX. 

Est-ce qu’il y a des albums que t’as acheté dans plus d’un format(vinyle, cassette, CD, etc.)?

Blood Sugar Sex Magic de Red Hot Chili Peppers. Je l’ai acheté en vinyle, en CD, en MP3... Ça a été un de mes albums fétiches. 

Est-ce que t’as écouté beaucoup d’albums d’humour?

François Pérusse, je les ai tous écoutés. Je pense que François Pérusse, c’est toute une génération qui a écouté ça. Pour moi, n’importe qui en haut de 35 ans a eu sa passe François Pérusse. Sinon, les Denis Drolet. J’ai bien aimé leur album où ils reprennent des tounes de Plume Latraverse (Chants de Plume). C’était génial. 

Quel artiste n’est pas reconnu à sa juste valeur selon toi?

Pépé et sa guitare. J’ai fait trois ans de tournée avec Pépé. On faisait un show à deux où il faisait 45 minutes et je faisais 45 minutes d’humour. On faisait une toune à la fin. C’est un hostie de musicien! Il a une oreille vraiment solide. Il est bon improvisateur. Il se donne en show. Il devrait remplir des salles pas mal plus que ça. 

Est-ce que l’émission Skate le monde va revenir?

La saison 2 est confirmée! Je suis vraiment content du buzz autour de la première saison. Je m'attendais à ce que ça lève mais jamais autant que ça. Les cotes d’écoute sont malades pour quelque chose de niché comme ça. J'avais peur de me faire traiter de poser parachuté de l’humour au skate. Finalement, tout le monde est content du produit. Si tout va bien, la saison 2 commencera en avril. 

À court ou moyen terme, tu as d’autres projets?

Ma compagnie de skateboard, les Planches ComeBack Skateboards, me prend beaucoup de mon temps. Je ne m'attendais pas à ce que ce soit autant de jobs! Je discute avec des dealers de la Californie, en Chine, d’autres au Québec. Je pars ça avec ma blonde. Elle avait des compagnies d’import-export avant et elle vendait des trucs en ligne. Son rapport est vraiment important là-dedans,. On veut offrir les meilleurs skateboards possibles mais abordables. 

J'écris aussi un livre qui va sortir au printemps...

Ça va être de la fiction? Autobiographique?

C’est un peu basé sur un fait vécu. J’étais en Espagne pour mon dernier épisode de Skate le monde à Barcelone. Il faisait gros soleil. J’étais sur le bord de la mer à côté d’un des plus beaux skatepark au monde. La vie était belle. 

Et là, j’ai entendu pleurer pendant que j’étais dans l’eau. Je me suis reviré et j’ai vu une fille qui regardait le coucher de soleil en braillant sa vie. 

Je suis sorti de l’eau et je suis allé la voir. Elle était espagnole. Je lui ai demandé «You want a hug?» Elle a dit oui. On s’est fait un câlin de 3 ou 4 minutes où elle a braillé sur mon épaule. Après ça, elle m’a dit merci et elle est repartie. Ça lui avait fait du bien. 

C’est un peu ce moment-là que je veux décrire dans le livre. Une espèce de communion. On est tous dans le même bateau et on a tous les moyens de s’en sortir. 

À lire aussi

Et encore plus