The Franklin Electric: un EP dans la tourmente du premier confinement | 24 Heures MTL
/activities/todo

The Franklin Electric: un EP dans la tourmente du premier confinement

Le collectif montréalais The Franklin Electric a dû interrompre l'enregistrement de son nouvel EP en raison de la pandémie, mais ça n'a pas empêché Jon Matte et sa bande de le terminer à distance.
PHOTO COURTOISIE VINCENT PRICE

Le collectif montréalais The Franklin Electric a dû interrompre l'enregistrement de son nouvel EP en raison de la pandémie, mais ça n'a pas empêché Jon Matte et sa bande de le terminer à distance.

Alors qu’il était à Nashville pour enregistrer un nouvel EP Jon Matte, celui qui est à la tête de The Franklin Electric, a dû tout arrêter pour rentrer à Montréal.

Le premier confinement n’a tout de même pas arrêté le collectif de musicien qui a sorti vendredi ce fameux EP intitulé Never Look Back

• À lire aussi: Laurence Nerbonne prête sa voix aux travailleurs du secteurs publics

« J’étais à Nashville pour travailler avec un ami qui s’appelle Old Sea Brigade, qui était notre première partie ici à Montréal au MTelus. Chaque jour, on travaillait avec nos téléphones dans les mains pour voir les nouvelles et chaque heure on se regardait et on était comme : « Oh no! ». À un certain point, ils ont annoncé que les frontières fermeraient. J’ai vraiment pensé rester coincé là-bas », se remémore Jon Matte. Heureusement, son gérant a réussi à changer ses billets d’avion. 

« Dans l’aéroport, c’était vraiment quelque chose. Tout le monde marchait vite. On sentait vraiment le sentiment d’urgence. C’était la première fois que je voyais des personnes en «suit» avec des masques. Ça donnait vraiment une impression de fin du monde un peu comme dans un film », raconte-t-il. 

Comme le travail était déjà bien avancé pour le EP, les musiciens ont pu le terminer à distance. Il en résulte trois nouvelles compositions et quatre chansons des mini-albums précédents revisitées.  

L’identité collective change

Des trois nouveaux titres, on retrouve Just Ain’t Mine une œuvre qui résonne dans la crise actuelle.  

« Je pense que tout le monde est seul dans un univers à l’intérieur d’eux même et personne ne connaît mieux cet univers que nous », explique Matte en décrivant le deuxième titre de l’EP. 

« Même si la chanson n’a pas été écrite pendant la pandémie, je me dis que les idées de toute la planète et de tout le monde sont remises en question en 2020. L’identité collective change. On commence à voir un peu plus profondément comment on était et à jeter un nouveau regard sur les vieilles mentalités. » 

Un nouvel album en route

Depuis son retour au pays, le Montréalais a profité du confinement pour écrire, mais aussi pour découvrir la Belle Province.  

« Pendant l’été, je me suis promené. J’ai un petit «camper-van», alors j’ai profité de la nature. J’ai fait la Gaspésie, Charlevoix, Saguenay, etc. ». 

Le EP «Never Look Back» du collectif montréalais The Franklin Electric est paru le 20 novembre 2020.

PHOTO COURTOISIE

Le EP «Never Look Back» du collectif montréalais The Franklin Electric est paru le 20 novembre 2020.

Avec plus de temps libre, Jon Matte avoue avoir déjà composé le matériel d’un prochain album. La pandémie l’a donc inspiré? 

« C’est un gros mot «inspirer». Je ne donnerais pas ce mot à la pandémie. C’est la vie qui m’inspire quand j’écris. La pandémie fait en sorte que nos mouvements sont limités. Alors ça m’a donné plus de temps pour créer », conclut le multiinstrumentiste. 

Anecdote derrière la chanson-titre Never Look Back 

J’ai fait une randonnée dans les Blue Mountains en Australie. J’ai soudainement eu le vertige et c’était la première fois que ça m’arrivait. J’étais au bord des rochers et je capotais totalement! J’étais au bord des larmes! Pour réussir à terminer la randonnée, j’ai dû me répéter souvent « Don’t look back! Don’t look down! ».

À lire aussi

Et encore plus