Québec annule les deux rassemblements des Fêtes | 24 heures
/mtl-news/news

Québec annule les deux rassemblements des Fêtes

Image principale de l'article Québec annule les deux rassemblements des Fêtes
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

François Legault résilie le «contrat moral» des Fêtes. Après avoir fait miroiter aux Québécois deux jours de réjouissances, il interdit finalement les rassemblements de Noël en zones rouges.

C’est un premier ministre soucieux qui s’est présenté jeudi matin à l’Assemblée nationale. Agacé par les questions de l’opposition, il s’est déchaîné contre ses adversaires politiques. Et ce n’était que le début d’une pénible journée.

• À lire aussi: Comment le père Noël s'adapte aux mesures sanitaires

• À lire aussi: 4 façons d’ajouter de la magie dans vos soupers virtuels

C’est que François Legault avait une décision difficile à annoncer aux citoyens quelques heures plus tard. Même s’il s’était donné jusqu’au 11 décembre pour statuer, le PM a décidé de tirer un trait dès maintenant sur les festivités de Noël en famille ou entre amis.

La situation épidémiologique est trop inquiétante et les professionnels de la santé sont à bout de souffle. Il n’est tout simplement pas réaliste de penser infléchir d’ici les Fêtes la courbe des infections, des décès et des hospitalisations, a-t-il dit.

«C’est une décision gouvernementale. Ce n’est pas une demande de la santé publique», a précisé François Legault, flanqué du Dr Horacio Arruda et de son ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Les Québécois qui habitent dans les régions en alerte maximale devront donc se résigner à passer Noël uniquement avec les membres de leur foyer. Le PM fait confiance au jugement des citoyens. Mais les policiers seront aux aguets.

Soupir de soulagement

Les professionnels de la santé, qui peinent à suffire à la tâche, poussent un soupir de soulagement.

«Pour le système de santé, c’est la bonne décision», a réagi le président de l’Association des spécialistes en médecine d’urgence du Québec, le Dr Gilbert Boucher. Il soutient que la transmission communautaire s’attaque aux soignants et se fraye un chemin dans les CHSLD et les RPA. «C’est ça qui fait mal en ce moment.»

Les Fêtes s’annoncent donc tranquilles. «Il faut essayer de prendre le bon côté des choses. On n’aura pas de visites dans nos maisons [...], ça veut dire qu’on va pouvoir faire des petites siestes [...] dans l’après-midi, lire des livres, et faire des Zoom, des Teams, s’appeler au téléphone», a tenté le PM.

Et il faudra prendre notre mal en patience, car l’avenir n’est pas rose. À la lumière de la situation épidémiologique chez nos voisins américains, «les trois prochains mois vont être les pires de la pandémie», a averti François Legault.

CHSLD et RPA: pas de sorties

Le PM encourage les citoyens à visiter les personnes seules, une à la fois, en respectant les consignes. Mais si vous avez des parents dans un CHSLD ou une résidence privée pour aînés, ils ne pourront sortir pour le temps des Fêtes.

Les directives actuelles continueront de s’appliquer, c’est donc dire que les visites sont interdites, à part pour les proches aidants.

Notons que les consignes pour encourager le télétravail et les cours à distance pour les écoliers à compter du 17 décembre sont maintenues dans l’espoir que le Québec soit dans la meilleure posture possible en janvier.

Le faux espoir

27 octobre

«J’ai confiance que dans 28 jours nous serons capables, peut-être pas d’avoir des gros partys pour Noël, mais de voir nos familles.»

19 novembre

«On propose de permettre les rassemblements durant quatre jours: les 24, 25, 26 et 27 décembre, avec un nombre maximal de 10 personnes.»

3 décembre

«Ce n’est pas réaliste de penser qu’on va réussir à réduire la progression du virus de façon satisfaisante d’ici Noël. On doit [...] d’abord penser aux infirmières, penser au personnel qui est déjà fatigué. Il faut penser aussi à nos parents, nos grands-parents qu’on aimerait rencontrer à Noël. Il n’y a personne [...] qui veut regretter un peu toute sa vie d’avoir contaminé sa mère.»

– François Legault, premier ministre du Québec